Le nombre de touristes internationaux pourrait chuter de 60 à 80% en 2020 (OMT)

7 mai 2020

Le tourisme international a plongé de 22% au premier trimestre et pourrait reculer de 60 à 80% sur l’ensemble de l’année. L’OMT estime que 67 millions de touristes internationaux en moins jusqu'à mars représentent une perte de 80 milliards d’euros en termes d’exportations.

« Le monde est confronté à une crise sanitaire et économique sans précédent. Le tourisme a été durement touché, avec des millions d'emplois menacés dans l'un des secteurs à plus forte intensité de main-d'œuvre de l'économie », a déclaré le Secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili.

À la lumière des dernières données de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), la pandémie de Covid-19 a provoqué une chute de 22 % des arrivées de touristes internationaux au cours du premier trimestre 2020.

Selon cette institution spécialisée des Nations Unies, la crise pourrait entraîner sur l'année 2020 une régression comprise entre 60 et 80 % par rapport aux chiffres de 2019. Cela met en danger des millions de foyers dont les moyens de subsistance dépendent du tourisme et menace de réduire à néant les progrès réalisés dans la poursuite des objectifs de développement durable (ODD).

Les données disponibles communiquées par les destinations indiquent une baisse de 22 % des arrivées au cours des trois premiers mois de l'année, selon le dernier Baromètre du tourisme mondial de l'OMT.

En mars, les arrivées ont considérablement diminué, de 57%, suite au début du confinement dans de nombreux pays ainsi qu'à l'introduction généralisée de restrictions de voyage et à la fermeture des aéroports et des frontières nationales. Il en résulte une diminution de 67 millions d'arrivées internationales et d'environ 80 milliards de dollars de recettes.

Bien que l'Asie et le Pacifique subissent l'impact le plus élevé en termes relatifs et absolus, soit -33 millions d'arrivées, les retombées en Europe, bien que plus faibles en pourcentage, sont assez élevées en volume et représente 22 millions de touristes en moins.

Trois scénarios pour 2020

Malgré de nombreuses incertitudes, l’OMT a élaboré trois scénarios pour le tourisme international en 2020.

Les trois scénarios actuels indiquent une baisse possible des arrivées de 58%, 70% et 78% pour l'année. Ces chiffres dépendent de la rapidité du confinement et de la durée des restrictions de voyage et de la fermeture des frontières.

Ces trois hypothèses sont basées respectivement sur l'ouverture progressive des frontières internationales et l'assouplissement des restrictions de voyage début juillet, début septembre et début décembre.

Photo ONU Info/Jing Zhang
La ville de San Gimignano en Italie est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Selon ces scénarios, l'impact de la chute de la demande de voyages internationaux pourrait se traduire par une baisse de 850 millions à 1,1 milliard de touristes internationaux et une perte de 910 à 1 200 milliards d’euros de recettes d'exportation du tourisme. En conséquence, 100 à 120 millions d'emplois directs dans le tourisme seraient menacés.

C'est de loin la crise la plus grave à laquelle le tourisme international ait été confronté depuis le début des relevés (1950). L'impact se fera sentir à des degrés divers dans les différentes régions du monde et à des moments qui se chevauchent, l'Asie et le Pacifique devant être les premiers à rebondir.

Les experts prévoient une reprise en 2021

Selon l'enquête du Groupe d'experts de l'OMT, la demande intérieure devrait se redresser plus rapidement que la demande internationale. La plupart d'entre eux s'attendent à voir des signes de reprise au dernier trimestre 2020, mais surtout en 2021. 

Sur la base des crises précédentes, les voyages de loisirs, et en particulier ceux effectués pour rendre visite à des amis et des parents, devraient reprendre plus rapidement que les voyages d'affaires.

Les avis concernant la reprise des voyages internationaux sont plus positifs en Afrique et au Moyen-Orient, la majorité des experts prévoyant une reprise en 2020.

Les experts des Amériques sont les moins optimistes et les moins enclins à croire à une reprise en 2020, tandis qu'en Europe et en Asie, les perspectives sont mitigées, la moitié des experts prévoyant une reprise au cours de cette année.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Les secteurs économiques et sociaux s'efforcent d'atténuer les effets du Covid-19 (OIT)

La crise du Covid-19 a un effet dévastateur sur tous les secteurs sociaux et économiques. Dans une série de notes de synthèse, l'Organisation internationale du travail (OIT) analyse la manière dont la pandémie affecte le fonctionnement de ces secteurs et la façon dont ils réagissent pour en atténuer les effets.