L’UNICEF se félicite de la criminalisation des mutilations génitales féminines au Soudan

3 mai 2020

L'UNICEF a salué la décision historique du gouvernement de transition au Soudan de criminaliser les mutilations génitales féminines et l’excision.

L'amendement à l'article 141 du droit pénal a été approuvé par les conseils souverain et ministériel le 22 avril. Tous les amendements proposés par le Conseil national pour la protection de l'enfance conformément à la vision de l'UNICEF de promouvoir les droits de l'enfant ont également été approuvés, a noté le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans un communiqué de presse.

Cette décision du gouvernement soudanais survient après des années de plaidoyer par diverses parties prenantes, notamment les agences des Nations Unies et des organisations communautaires.

Le Soudan est considéré comme l'un des pays où le taux de prévalence des mutilations génitales féminines et l’excision est très élevé. Selon des enquêtes en 2014, le taux était de 86,6%. Des signes de déclin dans le groupe d'âge plus jeune de 14 à 0 ans a été noté, de 37% en 2010 à 31,5% en 2014.

« Cette pratique n'est pas seulement une violation des droits de chaque petite fille, elle est nuisible et a de graves conséquences sur la santé physique et mentale d'une fille », a déclaré Abdullah Fadil, Représentant de l'UNICEF au Soudan. « C'est pourquoi les gouvernements et les communautés doivent prendre des mesures immédiates pour mettre fin à cette pratique ».

Sensibiliser la population

Toutefois, selon l’UNICEF, l'abandon de cette pratique ne concerne pas seulement la réforme juridique, ni la criminalisation. 

L’agence onusienne estime qu’il va falloir travailler très dur avec les communautés pour aider à faire respecter cette loi. L'intention n'est pas de criminaliser les parents mais de redoubler d'efforts pour sensibiliser les différents groupes, y compris les sages-femmes, les prestataires de soins de santé, les parents et les jeunes, à l'amendement et promouvoir son acceptation, a déclaré Abdullah Fadil.

L'UNICEF se dit déterminé à éliminer toutes les formes de mutilations génitales féminines et d’excision. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Davantage scolarisées, les filles restent toutefois confrontées aux violences et aux discriminations

Vingt-cinq ans après la conférence historique de Beijing sur les femmes, les filles vont davantage à l'école à travers le monde mais elles continuent de faire l’objet de violences et de discriminations, selon un rapport conjoint publié mercredi par le Fond des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l'ONG Plan International et ONU-Femmes.