Le Secrétaire général annonce quatre mesures pour protéger les personnes âgées pendant la pandémie

Les personnes âgées dans des pays comme le Bangladesh devraient être fortement touchées par le Covid-19.
Photo : PNUD/Fahad Kaizer
Les personnes âgées dans des pays comme le Bangladesh devraient être fortement touchées par le Covid-19.

Le Secrétaire général annonce quatre mesures pour protéger les personnes âgées pendant la pandémie

Santé

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a publié vendredi une note d’orientation contenant des analyses et des recommandations pour relever les défis auxquels sont confrontées les personnes âgées. Il relève que leur taux de mortalité est globalement plus élevé et, que pour les plus de 80 ans, il est cinq fois supérieur à la moyenne générale.

Au-delà de l'impact immédiat sur la santé, António Guterres affirme que « la pandémie expose les personnes âgées à un risque accru de pauvreté, de discrimination et d'isolement ». D’après lui, elle aura probablement un impact dévastateur sur les personnes âgées dans les pays en développement.

Le Secrétaire général a déclaré qu'en tant que personne âgée et responsable d'une personne encore plus âgée, sa mère, il est « profondément préoccupé par la pandémie au niveau personnel et par ses effets sur les communautés et les sociétés ».

Le rapport comprend un résumé des politiques avec des analyses et des recommandations pour relever ces défis. Il contient quatre messages principaux.

Notre réponse au Covid-19 doit être respectueuse des droits et de la dignité des personnes âgées.

Quatre messages

Premièrement, personne, jeune ou vieux, n'est sacrifiable. Les personnes âgées ont les mêmes droits à la vie et à la santé que tout le monde, fait valoir le chef de l’ONU.

Pour António Guterres, « les décisions difficiles concernant les soins médicaux vitaux doivent respecter les droits de l'homme et la dignité de tous ».

Deuxièmement, bien que le détachement physique soit crucial, il ne faut pas oublier que le monde est une communauté et que tout le monde est connecté.

Selon António Guterres, un meilleur soutien social et des efforts plus intelligents sont nécessaires pour atteindre les personnes âgées grâce à la technologie numérique. Selon lui, « cela est vital s'ils veulent faire face à la grande souffrance et à l'isolement créés par les confinements et autres restrictions ».

Troisièmement, toutes les réponses sociales, économiques et humanitaires doivent prendre en compte les besoins des personnes âgées, de la couverture médicale universelle à la protection sociale, au travail décent et aux pensions.

Le chef de l'ONU a rappelé que la plupart de ces personnes sont des femmes, qui sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté et n'ont pas accès aux soins de santé.

Enfin, quatrièmement, le Secrétaire général a déclaré que le monde ne devrait pas « traiter les personnes âgées comme des êtres invisibles ou impuissants ».

De nombreuses personnes âgées continuent à travailler, à mener une vie familiale active et à s'occuper de leurs proches. Pour António Guterres, « leur voix et leur leadership comptent ».

Le chef de l'ONU déclare que pour surmonter cette pandémie, le monde a besoin « d'une vague de solidarité mondiale et des contributions de tous les membres de la société, y compris les personnes âgées ».

En conclusion, António Guterres se tourne vers l'avenir, affirmant que pendant la reprise, il faudra « de l'ambition et une vision pour construire des sociétés plus inclusives, durables et respectueuses des personnes âgées ».