Coronavirus : des millions d'enfants menacés par la perturbation des services de vaccination (UNICEF)

26 avril 2020

Plus de 13 millions d'enfants n'ont reçu aucun vaccin l'année dernière. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) appelle les gouvernements à intensifier leur action, avertissant que la perturbation des services de vaccination dans le contexte de la pandémie de Covid-19 pourrait mettre en danger davantage d'enfants parmi les plus marginalisés du monde.

Au début de la Semaine mondiale de la vaccination 2020, l'UNICEF a rappelé que des millions d'enfants risquaient de manquer des vaccins vitaux contre la rougeole, la diphtérie et la polio en raison de perturbations dans les services de vaccination alors que le monde est concentré sur le ralentissement de la propagation de Covid-19.

Même avant la pandémie de coronavirus, les vaccins contre la rougeole, la polio et d'autres maladies étaient chaque année hors de portée pour 20 millions d'enfants de moins d'un an. Compte tenu des perturbations actuelles, l'UNICEF a averti que cela pourrait ouvrir la voie à des épidémies désastreuses en 2020 et bien au-delà.

« Les enjeux n'ont jamais été aussi importants. Alors que le Covid-19 continue de se propager à l'échelle mondiale, notre travail vital pour fournir des vaccins aux enfants est essentiel », a déclaré Robin Nandy, Conseiller principal et chef de la vaccination à l'UNICEF.

Avec les perturbations dans les services de vaccination en raison de la pandémie de Covid-19, M. Nandy a souligné que le sort de millions de jeunes « sont en jeu ».

L'UNICEF estime que 182 millions d'enfants ont manqué la première dose du vaccin contre la rougeole entre 2010 et 2018, soit 20,3 millions d'enfants par an en moyenne. En effet, la couverture mondiale de la première dose de rougeole n'est que de 86%, bien en deçà des 95% nécessaires pour prévenir les flambées de rougeole.

L'élargissement des groupes d'enfants non vaccinés a entraîné des flambées alarmantes de rougeole en 2019, y compris dans des pays à revenu élevé comme les États-Unis, le Royaume-Uni et la France. Pendant ce temps, parmi les pays à faible revenu, les lacunes de la couverture anti-rougeole avant le Covid-19 étaient déjà alarmantes.

Au-delà de la rougeole, les lacunes en matière de vaccination étaient déjà assez graves, selon de nouvelles enquêtes régionales élaborées par l'UNICEF.

L’UNICEF appelle à soutenir les services de vaccination et à assurer la sécurité des communautés

Dans les zones touchées par des flambées, l'UNICEF envoie dans la mesure du possible des fournitures essentielles pour vacciner les enfants.

En République démocratique du Congo (RDC), par exemple, l'UNICEF fournit au gouvernement des fournitures de vaccins et du matériel de protection pour poursuivre les activités de vaccination dans la province du Nord-Kivu, où plus de 3000 cas de rougeole ont été signalés depuis le 1er janvier.

Alors que l’attention du monde porte sur le développement et les tests d’un nouveau vaccin contre le Covid-19, l'UNICEF et les partenaires de l'Initiative contre la rougeole et la rubéole et Gavi, l'Alliance du vaccin appellent les gouvernements et les donateurs à :

 
- Soutenir les services de vaccination tout en assurant la sécurité des agents de santé et des communautés;
- Commencer à planifier une intensification des vaccinations pour chaque enfant qui n’as été immunisé à la fin de la pandémie;
- Réapprovisionner pleinement Gavi, alors que l'alliance soutient les programmes de vaccination à l'avenir;
- Lorsque le vaccin contre le Covid-19 sera disponible, le mettre à disposition de ceux qui en ont le plus besoin.

« Les enfants qui manquent actuellement de vaccins ne doivent pas passer leur vie entière sans protection contre la maladie », a déclaré le Dr Seth Berkley, PDG de Gavi. « Le legs du Covid-19 ne doit pas inclure la résurgence mondiale d'autres tueurs comme la rougeole et la polio ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’OMS prévient : faute de services de santé essentiels, les progrès de la couverture vaccinale sont menacés

A la veille de la Semaine mondiale de la vaccination organisée du 24 au 30 avril, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde contre le fait que la fermeture des services de vaccination durant la pandémie de Covid-19 risque d’entraîner le retour en force de maladies que des vaccins efficaces et sans danger peuvent prévenir.