Il y a 75 ans, débutait la conférence de San Francisco qui donna naissance à l’ONU

25 avril 2020

Les Nations Unies célèbrent ce samedi la première Journée internationale des délégués, 75 ans, jour pour jour, après le début de la conférence de San Francisco dont les travaux ont donné naissance à l’ONU.

Le ciel était clair et ensoleillé ce 25 avril 1945 à San Francisco. La Seconde guerre mondiale n’était pas encore terminée que la paisible ville californienne s’apprêtait à accueillir le plus important événement diplomatique de l’époque en terme de taille et d’enjeu : la Conférence des Nations Unies sur les organisations internationales. La blague qui courrait dans les restaurants et cafés était que la ville a été prise d’assaut par tant de délégués étrangers et de journalistes qu’il n’y avait plus assez de place pour son emblématique brouillard permanent.

« Il y a un vigoureux optimisme à San Francisco qui devrait donner une atmosphère tonique pour la conférence », déclarait confiante la journaliste Anne O’Hare McCormick, qui couvrait l’événement pour le quotidien américain New York Times.

Deux semaines après la mort du Président américain Franklin D. Roosevelt et deux semaines avant la capitulation de l’Allemagne nazie, 850 délégués de 46 pays ont pris le chemin de la baie de San Francisco pour jeter les bases de l'Organisation des Nations Unies. « Vous, les membres de cette conférence, serez les architectes du monde meilleur », avait lancé aux délégués le tout nouveau Président américain Harry Truman dans son discours d’accueil à l’ouverture de la réunion internationale.

Photo ONU/Rosenberg
Du 25 avril 1945 au 26 juin 1945, 850 délégués de 50 pays se sont réunis à San Francisco pour jeter les bases de la Charte des Nations Unies

Pendant deux mois, les diplomates et leurs délégations se réunirent dans l’enceinte du War Memorial Opera House de  San Francisco– lieu de concert érigé en l’honneur des soldats morts lors la Première guerre mondiale - pour définir les buts et les principes de la nouvelle organisation internationale qui naîtra des cendres de la Seconde guerre mondiale. Le 26 juin 1945, la conférence s’est conclue sur l’adoption de la Charte des Nations Unies - la « constitution » de l’organisation - qui fut ratifiée par 51 Etats le 24 octobre de la même année : date officielle de naissance de l’ONU.

Première Journée internationale des délégués

Consciente du rôle joué par les représentants des gouvernements réunis à San Francisco en 1945, l’Assemblée générale des Nations Unies - l’organe onusien qui rassemble les 193 Etats membres de l’organisation - a adopté l’année dernière une résolution proclamant la Journée internationale des délégués. Cette journée est célébrée pour la première fois ce 25 avril 2020, 75 ans, jour pour jour, après le début de la conférence dans la ville californienne.

La Journée met en avant le rôle que jouent les représentants, femmes et hommes, des États membres des Nations Unies pour accomplir les principaux objectifs de l’ONU, à savoir maintenir la paix et la sécurité internationales, recourir aux institutions internationales pour favoriser le progrès économique et social de tous les peuples et  promouvoir et encourager le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, tel que l’envisage la Charte des Nations Unies. L’événement vise également à favoriser un multilatéralisme efficace.

« Nous célébrons cette première Journée internationale des délégués à un moment où la coopération internationale est plus importante que jamais », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, dans un message pour la journée.

« Notre expérience nous a appris que lorsque nous travaillons ensemble, nous gagnons », a, pour sa part, déclaré le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Tijjani Muhammad-Bande, dans un message pour la journée. « Nous ne devons jamais relâcher nos efforts pour combler les lacunes et agir pour le bien commun », a-t-il ajouté.

Les délégués qui représentent leur pays à l’ONU relèvent le défi de prouver l’efficacité du multilatéralisme, « en adoptant de nouvelles méthodes de travail, tout en s’appuyant sur une solide tradition de dialogue et de collaboration », a rappelé le Secrétaire général. À l'Assemblée générale des Nations Unies, les diplomates missionnés par leurs peuples respectifs travaillent ensemble au sein des différentes commissions en faveur du progrès humain en promouvant la paix et la sécurité, les droits de l'homme et le développement.

« En cette période extrêmement difficile de la pandémie de Covid-19, il est essentiel que nous assurions la continuité des travaux essentiels de l'Assemblée générale », a souligné M. Muhammad-Bande. Pour M. Guterres, le coronavirus « nous impose d’agir dans l’unité, en excluant toute stigmatisation et en accordant une attention particulière aux plus vulnérables ». Des propos dont s’est fait l’écho le Président de l'Assemblée générale : « Ensemble, nous devons lutter contre la discrimination et la stigmatisation et arrêter la propagation de la peur et de la haine ».

Alors que l’ONU fête son 75e anniversaire, le Secrétaire général entend poursuivre le partenariat entre l’ONU et les délégués de ses Etats membres « pour sauver des vies, atténuer les souffrances humaines et bâtir un monde plus pacifique, plus durable et plus équitable pour toute l’humanité ». En cette première Journée internationale des délégués, le Président de l'Assemblée générale a rappelé l’optimisme qui a guidé les diplomates réunis il y a 75 ans à San Francisco : « Ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous créerons un monde meilleur et plus sûr pour tous ».
 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guterres : « Nous devons continuer à prouver que le multilatéralisme est utile »

A l’occasion de la Journée internationale du multilatéralisme et de la diplomatie, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé à faire évoluer la coopération internationale avec son temps, alors que le monde affronte la pandémie de Covid-19