Le changement climatique reste la préoccupation majeure parmi les défis futurs du monde

24 avril 2020

Alors que le monde se bat contre les effets immédiats de la pandémie de Covid-19, la principale préoccupation, à long terme, des populations est la lutte contre le changement climatique, a déclaré vendredi un haut responsable des Nations Unies qui dirige une conversation mondiale sur les priorités et défis futurs à relever.

Dans un entretien accordé à ONU Info, le Conseiller spécial sur les préparatifs du 75e anniversaire de l’ONU (ONU75), Fabrizio Hochschild, a également révélé que la quasi-totalité des 80.000 personnes ayant jusqu'à présent participé à l'enquête mondiale en ligne de l'ONU75, souhaiteraient voir davantage de coopération internationale.

Ces résultats coïncident avec la tenue, ce vendredi à Genève, d’un échange virtuel sur le multilatéralisme à l’heure du Covid-19.

Ce débat a été organisé par le Bureau de l’ONU à Genève en collaboration avec l’Institut de hautes études internationales et du développement, l’Université de Genève et le groupe de réflexion Foraus.

Outre M. Hochschild, les autres intervenants étaient des dirigeants d’organisations internationales basées à Genève, tels que le Secrétaire général de l’Union interparlementaire (UIP), Martin Chungong, la Directrice générale de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), Fabiola Gianotti, le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder, la Directrice générale de l’ONU Genève, Tatiana Valovaya, le Secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT), Houlin Zhao, et le Directeur général de l’Union européenne de radio-télévision (UER), Noel Curran.

Photo ONU/Archive
Vue de la salle de l'Assemblée générale des Nations Unies. Les Etat membres poursuivent leurs travaux à distance en raison de la pandémie de Covid-19

Sondage en ligne

Un sondage et des centaines de conversations en ligne organisés par l’ONU depuis le début de l’année montrent un soutien important et croissant de l’opinion publique mondiale à la coopération internationale. Un appui qui a été renforcé dans le contexte de la pandémie de Covid-19. 

Critiqué pour sa faiblesse ou son manque d’efficacité, ou tout simplement désigné comme bouc-émissaire responsable de la crise coronavirus, le multilatéralisme n’en est pourtant pas moins plébiscité par les populations du monde.

Les données recueillies dans 186 pays depuis le début de l’année indiquent un soutien important de l’opinion publique mondiale à la coopération internationale, « avec une augmentation significative depuis que le Covid-19 a commencé à se répandre à travers le monde », ont souligné les Nations Unies dans un communiqué publié lundi.

Recueillies à travers des centaines de conversations et un sondage en ligne, les données font partie de l'initiative du 75e anniversaire des Nations Unies (ONU75). 

Selon les premiers résultats des données collectées entre le 1er janvier 2020 et le 24 mars 2020, une écrasante majorité - 95% - des personnes interrogées ont convenu de la nécessité pour les pays de travailler ensemble pour gérer les défis mondiaux, avec une légère augmentation à partir de fin février, alors que le Covid-19 commençait à se répandre dans le monde.

Tous les groupes d'âge et de niveaux d'éducation ont marqué leur soutien. Les idées proposées par les populations du monde entier pour renforcer la coopération internationale comprennent notamment des partenariats plus efficaces avec la société civile et le secteur privé ainsi qu’une plus grande implication des femmes, des jeunes, des peuples autochtones et des groupes vulnérables dans l'élaboration des politiques.

Le climat et l'environnement sont en tête de liste des problèmes qui affecteront le plus l'avenir de l'humanité - avec plus du double des réponses que tout autre problème. Les conflits et la violence viennent en deuxième position et les risques pour la santé en troisième position, ayant fortement augmenté depuis début mars avec l’accélération de la propagation du coronavirus.

NOTE :

Les données utilisées ont été recueillies entre le 1er janvier et le 24 mars 2020. Pendant cette période, 35.556 personnes dans 186 États membres de l’ONU ont répondu au sondage en ligne d'une minute, en plus des 5.688 personnes ayant participé via des applications mobiles. Plus de 330 dialogues ont eu lieu dans 87 États membres de l'ONU, donnant lieu à 56 résumés de dialogues issus de 32 pays à avoir été inclus dans cette analyse préliminaire. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Financement du développement : l’ONU appelle à une réponse audacieuse pour mieux rebâtir l'après Covid-19

Les 193 États membres des Nations Unies ont appelé jeudi à une action mondiale coordonnée et décisive pour affronter les retombées de la pandémie de Covid-19 et reconstruire des économies renforcées et résilientes.