Droits des femmes : les progrès limités pourraient être perdus à cause du Covid-19, avertit l’ONU

9 avril 2020

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 affectent tout le monde mais sont plus marquées chez les femmes. Les progrès en matière d’égalité des sexes enregistrés ces dernières années risquent d’être anéantis, a averti jeudi le chef de l’ONU.

2020 devait être une année importante pour les droits des femmes. « Révolutionnaire », avait même dit l’ONU. Celle du 25ème anniversaire du Programme d'action de Beijing et de l’accélération des mesures en faveur de l'égalité des sexes. Mais en quelques mois, le coronavirus a contraint les Nations Unies à revoir à la baisse leurs ambitions dans ce domaine.

« Avec la propagation de la pandémie de Covid-19, même les gains limités réalisés au cours des dernières décennies risquent d'être annulés », souligne un rapport de l’ONU publié ce jeudi.

Selon ce rapport, près de 60% des femmes dans le monde travaillent dans l'économie informelle, gagnant moins, épargnant moins et risquant davantage de tomber dans la pauvreté en comparaison aux hommes.

« Avec la chute des marchés et la fermeture des entreprises, des millions d’emplois féminins ont disparu », a rappelé le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un message vidéo présentant le rapport. « Parallèlement à la perte d’emplois rémunérés, le travail de soins non rémunéré des femmes a augmenté de façon exponentielle en raison des fermetures d’écoles et des besoins accrus des personnes âgées », a-t-il ajouté.

Face à ce constat, M. Guterres a appelé les gouvernements à placer les femmes et les filles au coeur de leurs efforts dans la réponse au Covid-19 et dans la plannication du redressement post-crise.

Trois priorités :

  • Assurer une représentation égale des femmes dans toutes les planifications et prises de décision en réponse au Covid-19

Les preuves dans tous les secteurs, y compris dans la planification économique et dans les interventions d'urgence, démontrent incontestablement que les politiques qui ne consultent pas les femmes ou ne les incluent pas dans la prise de décision sont tout simplement moins efficaces et peuvent même nuire.

Au-delà des femmes, les organisations de femmes, qui sont souvent en première ligne auprès des communautés, devraient également être représentées et soutenues, estime l’ONU.

  • Mener un changement transformateur pour l'égalité dans l'économie des soins, rémunérée et non rémunérée

Dans l'économie formelle, les emplois dans le secteur des soins (enseignants, infirmières par exemple) sont sous-payés par rapport aux autres secteurs. À la maison, les femmes effectuent la majeure partie des tâches de soins, non rémunérées et invisibles.

« Le travail de soins non rémunéré doit être reconnu et valorisé comme une contribution vitale à l'économie », a souligné M. Guterres. Le travail rémunéré et non rémunéré à la maison sont fondamentaux pour la vie quotidienne et l'économie, mais reposent sur des normes et des inégalités liées au genre et les accentuent.

  • Cibler les femmes et les filles dans tous les efforts pour faire face à l'impact socio-économique du Covid-19

L’ONU souligne qu’il sera important d'appliquer une perspective de genre intentionnelle lors de la conception de plans de relance budgétaire et de programmes d'assistance sociale afin d’atteindre une plus grande égalité et d’offrir plus d’opportunités et de protection sociale.

Les répercussions du coronavirus sur les femmes ne sont pas qu’économiques. La pandémie a également entraîné une augmentation de la violence domestique.

« Près d'une femme sur cinq dans le monde a subi des violences au cours de l'année écoulée. Beaucoup de ces femmes sont maintenant prises au piège à la maison avec leurs agresseurs, et ont du mal à accéder aux services qui souffrent de coupures et de restrictions », a rappelé M. Guterres. En début de semaine, le Secrétaire général a appelé les gouvernements à prendre des mesures urgentes pour protéger les femmes et élargir les services de soutien à leur égard.

LIRE AUSSI | Violence domestique : le chef de l'ONU appelle à un ‘cessez-le-feu’ face à un « déferlement mondial »

Le chef de l’ONU a rappelé que le Covid-19 ne constitue pas seulement un défi pour les systèmes de santé à travers le monde.

« Il teste aussi notre humanité commune », a dit M. Guterres. « L’égalité des sexes et les droits des femmes sont essentiels pour traverser ensemble cette pandémie, pour se rétablir plus rapidement et pour construire un avenir meilleur pour tous ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Hausse des violences domestiques : l'ONU déterminée à protéger les femmes partout dans le monde

Face à la recrudescence mondiale que connaissent les violences domestiques liée à la pandémie de Covid-19, les Nations Unies appellent à mener une action mondiale immédiate pour mettre fin à toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles.