Coronavirus : les masques médicaux doivent aller en priorité au personnel de santé, estime l’OMS

6 avril 2020

Alors que le monde a déjà dépassé le cap du million de personnes contaminées au Covid-19, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi que les masques médicaux devaient être réservés en priorité au personnel de santé et aux malades.

« Les masques médicaux doivent aller en priorité aux travailleurs de la santé en première ligne dans la réponse », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’une conférence de presse virtuelle à Genève.

Avec la propagation de la pandémie de Covid-19, l’agence onusienne reconnaît que les individus et les gouvernements veulent faire tout leur possible pour se protéger et protéger les autres. « Nous comprenons que certains pays ont recommandé ou envisagent l’utilisation de masques médicaux et non médicaux pour la population générale pour prévenir la propagation du coronavirus », a-t-il dit. Si les masques médicaux peuvent aider à protéger les travailleurs de la santé, ils sont désormais « rares » dans le monde entier.

En voulant limiter l’utilisation des masques aux soignants et aux malades, l’OMS craint surtout qu’une « utilisation massive de masques médicaux par la population générale n’exacerbe la pénurie de ces masques spécialisés pour les personnes qui en ont le plus besoin ». Dans certains endroits, ces pénuries mettent en danger le personnel de santé.

En attendant, l’OMS continue, dans les établissements de soins de santé, de recommander l’utilisation de masques médicaux, de respirateurs et d’autres équipements de protection individuelle pour les travailleurs de la santé. « Dans la communauté, nous recommandons l’utilisation de masques médicaux par les personnes malades et celles qui s’occupent d’une personne malade à domicile ».

Les masques seuls ne sont pas «la solution miracle»

Plus largement, les masques seuls ne sont pas « la solution miracle » contre la pandémie de Covid-19, rappelle l’OMS. Et leur usage généralisé dans la population n’est justifié qu’en cas d’accès limité à l’eau pour se laver les mains, ou lorsque la distanciation physique est difficile, a dit le Dr. Tedros, estimant qu’ « il n’y a pas de réponse binaire, pas de solution miracle ». « Les masques seuls ne peuvent pas juguler la pandémie de Covid19 », a insisté le Directeur général, invitant les pays à poursuivre la série de recommandations qu’il a maintes fois répétée par le passé : « trouver, tester, isoler et traiter chaque cas et retracer chaque contact ».

A ce jour, la pandémie de Covid-19 a fait au moins 67.841 morts dans le monde. Plus de 1.214.973 cas d’infections ont été officiellement diagnostiqués dans 191 pays. L’Italie (15.889 décès et 128.948 cas) est le pays européen le plus atteint, suivi de l’Espagne (12.418 décès) et de la France (8.064 décès).

Mais si l’Europe est le continent le plus touché, les Etats-Unis sont en passe de devenir le nouvel épicentre avec 307.318 cas enregistrés et 8.358 décès.

Moins de 100 jours depuis que l’OMS a été informée du nouveau coronavirus, « la recherche s’est accélérée à une vitesse incroyable ». Le génome viral a été cartographié début janvier et partagé à l’échelle mondiale, ce qui a permis de mettre au point des tests et de lancer la recherche sur les vaccins. Plus de 70 pays se sont joints à l’essai de solidarité de l’agence onusienne pour accélérer la recherche d’un traitement efficace. Et une vingtaine d’institutions et d’entreprises « s’affrontent » pour mettre au point un vaccin.

De façon générale, l’OMS s’est engagée à veiller à ce que les médicaments et les vaccins mis au point soient partagés « équitablement avec tous les pays et toutes les personnes ». Le Dr Tedros a donc appelé tous les pays, les entreprises et les institutions de recherche à soutenir le partage des données, une science et collaboration ouvertes afin que tous puissent profiter des avantages de la science et de la recherche dans ce domaine.

L’OMS dénonce « les propos racistes » évoquant l’Afrique comme un « terrain d’essai » pour un vaccin

En réponse à la question d’un journaliste, le chef de l’OMS a condamné l’appel « raciste » de chercheurs français ayant récemment évoqué l’Afrique comme un « terrain d’essai » pour tester un vaccin potentiel contre le Covid-19.

« L’Afrique ne peut pas et ne sera pas un terrain d’essai pour aucun vaccin », a affirmé le Dr. Tedros, qui a auparavant dirigé la diplomatie éthiopienne. « L’héritage de la mentalité coloniale doit prendre fin », a-t-il dit.

Lors d’une séquence diffusée le 1er avril dernier sur la chaîne française LCI, un médecin, chef de service à l’hôpital Cochin à Paris, et un chercheur de l’Inserm, l’Institut français de la recherche médicale, évoquaient l’idée de tester un vaccin contre le coronavirus en Afrique. Selon les médias, le Dr Jean-Paul Mira et Camille Locht, qui ont ensuite présenté leurs excuses, échangeaient sur la potentielle efficacité du vaccin BCG - souvent utilisé contre la tuberculose - face à la pandémie de Covid-19.

« J’étais tellement consterné. J’ai dit à un moment que nous avions besoin de solidarité mais ce genre de propos racistes ne font rien avancer », a regretté le Dr Tedros, ajoutant que ce type de propos « va à l’encontre de l’esprit de solidarité ». L’agence onusienne entend suivre tous les protocoles pour tester n’importe quel vaccin ou produit thérapeutique dans le monde entier. Il s’agit d’utiliser exactement « les mêmes règles, que ce soit en Europe, en Afrique ou ailleurs ».

« Nous traiterons les êtres humains de la même façon, de manière égale », a répété le chef de l’OMS, visiblement en colère, avant de qualifier cette séquence « d’une honte en fait », et surtout d’« effroyable d’entendre des scientifiques faire ce genre de remarques au 21ème siècle ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Coronavirus : plus d’un million de cas confirmés et plus de 50.000 morts dans le monde (OMS)

Plus d'un million de cas confirmés de Covid-19, dont plus de 50.000 décès, ont été désormais signalés à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a annoncé vendredi son Directeur général.