Report de la COP26 : l’ONU rappelle que la science sur le climat n’a pas changé, il faut continuer les efforts

2 avril 2020

Alors que la Conférence des Nations Unies sur le climat prévue en novembre à Glasgow (Royaume-Uni), la COP26, a été reportée à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a jugé nécessaire de continuer les efforts pour lutter contre le changement climatique, rappelant que la science sur le climat n’a pas changé.

Le chef de l’ONU a apporté son soutien à la décision du Royaume-Uni et du Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) de retarder la COP26.

« Alors que des centaines de milliers de personnes tombent gravement malades et que beaucoup meurent du Covid-19, la nécessité de supprimer le virus et de sauver des vies est notre priorité absolue », a noté son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée mercredi soir.

Le Secrétaire général estime que « nous devons poursuivre nos efforts pour accroître l'ambition et l'action contre le changement climatique », a-t-il ajouté. « La science du climat n'a pas changé, les émissions de gaz à effet de serre sont aujourd'hui à un niveau record et les impacts se multiplient et aggraveront les défis socio-économiques que cette crise va intensifier ».

Selon le chef de l’ONU, la crise du Covid-19 renforce l'importance de la science et des preuves pour éclairer les politiques et les décisions gouvernementales.

« La science montre clairement que le comportement humain modifie la capacité de régulation du système terrestre, avec un impact sur la vie et les moyens de subsistance, allant de notre santé à notre économie mondiale. Cette crise humaine dramatique est également un exemple de la vulnérabilité des pays, des sociétés et des économies aux menaces existentielles », a dit son porte-parole, Stéphane Dujarric.

« Les pays doivent travailler pour protéger la santé des personnes et la planète n'a jamais été aussi menacée. La solidarité et une plus grande ambition sont plus que jamais nécessaires pour passer à une économie durable et résiliente à faible émission de carbone qui limite le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius », a-t-il ajouté.

Nous ne pouvons pas oublier que les changements climatiques sont la plus grande menace à laquelle l'humanité est confrontée à long terme – Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC

Une nouvelle date pour la COP26 à Glasgow en 2021 n’a pas encore été fixée. « La reprogrammation de la COP 26 permettra à ce que toutes les parties soient pleinement dédiées aux questions à débattre lors de cette conférence vitale et de disposer de plus de temps pour les préparatifs nécessaires », a expliqué la CCNUCC dans un communiqué de presse publié jeudi.

« Le Covid-19 est la menace la plus urgente à laquelle l'humanité est confrontée aujourd'hui, mais nous ne pouvons pas oublier que les changements climatiques sont la plus grande menace à laquelle l'humanité est confrontée à long terme », a déclaré Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC.

« Bientôt, les économies vont redémarrer. Ce sera une opportunité pour les pays de mieux se redresser, d'inclure les plus vulnérables dans ces plans et de façonner l'économie du 21e siècle de manière propre, verte, saine, juste, sûre et plus résiliente », a-t-elle ajouté. « En attendant, nous continuons à soutenir et à exhorter les pays à renforcer considérablement leurs ambitions en matière de climat, conformément à l'Accord de Paris ». 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'eau, élément essentiel de la solution aux changements climatiques

A l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, les Nations Unies ont publié un rapport phare qui affirme que les changements climatiques vont affecter la disponibilité, la qualité et la quantité d’eau nécessaires aux besoins humains élémentaires, portant ainsi atteinte aux systèmes d’assainissement pour des milliards de personnes.