Covid-19 : les pays coordonnent leurs efforts pour garantir la livraison du matériel médical, dont l’oxygène

27 mars 2020

Divers produits utilisés quotidiennement par les hôpitaux doivent être manipulés et transportés avec un soin particulier car ils sont des substances infectieuses, dangereuses ou radioactives.

La Commission économique de l’ONU pour l’Europe (UNECE) vient d’élaborer des recommandations pour le transport des marchandises dangereuses afin d’assurer leur transport sûr et efficace, qui ont permis aux pays de coordonner leurs efforts pour garantir la livraison du matériel médical en cette période de Covid-19.

« L'UNECE est pleinement mobilisée pour aider les États membres à relever les défis causés par la pandémie de Covid-19 et à se préparer à la reprise dans tous ses domaines d’activité », a déclaré la Secrétaire exécutive de l'UNECE, Olga Algayerova. 

Elle a salué un « exemple du multilatéralisme », qui a permis « l’adoption de solutions coordonnées à des problèmes communs ». « Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons vaincre la pandémie de Covid-19 en ne laissant personne derrière nous », a-t-elle ajouté.

Une demande cinq à dix fois plus élevée que d’habitude

Selon l'UNECE, les exigences strictes définies dans les accords et recommandations des Nations Unies garantiront ainsi le maintien des niveaux de sécurité élevés pour le transport de produits vitaux nécessaires pendant l’urgence actuelle.

Sur le terrain, l’Association européenne des gaz industriels (EIGA) a signalé qu’en raison de la pandémie de Covid-19, ses membres, qui sont les principaux fournisseurs de gaz médicaux dans la région européenne, sont confrontés à une demande sans précédent, notamment en oxygène médical. Actuellement, la demande est entre cinq et dix fois plus élevée que d’habitude. 

Outre le gaz médical, d’autres produits utilisés ou générés dans les hôpitaux doivent également être transportés avec des précautions particulières. C’est le cas de substances dangereuses pour la santé, des substances potentiellement infectieuses, des échantillons biologiques, des échantillons hospitaliers.

Il s’agit aussi de produits radiopharmaceutiques pour la médecine nucléaire, mais aussi des déchets cliniques, notamment des instruments chirurgicaux usagés transportés vers les unités centrales de décontamination.

Divers accords multilatéraux négociés par les Etats pour assurer la livraison

Le transport de ces produits en Europe est régi par des dispositions harmonisées dans le cadre de trois accords internationaux, couvrant la route (ADR), le rail (RID) et les voies navigables intérieures (ADN). 

Afin d’assurer la sécurité permanente des opérations, ces accords prévoient, entre autres, l’inspection périodique des véhicules et des matériaux, ainsi que des sessions régulières de recyclage pour les conducteurs et les conseillers à la sécurité tous les 5 ans.

À la lumière de la pandémie de Covid-19, certaines sessions de formation ont été suspendues dans la plupart des pays en raison de mesures de confinement et d’éloignement social. 

Afin d’assurer la bonne circulation des fournitures médicales essentielles, plusieurs parties contractantes ont accepté ainsi de prolonger jusqu’au 30 novembre 2020 la validité des certificats de formation des conducteurs et des conseillers à la sécurité qui se termine entre le 1er mars et le 1er novembre 2020.

Un autre accord multilatéral de ce type a également été préparé pour permettre des délais pour les inspections périodiques ou intermédiaires des citernes et pour prolonger la validité des certificats d’agrément des véhicules se terminant entre le 1er mars et le 1er août 2020 jusqu’au 30 août 2020.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.