Guinée-Bissau : inquiet de la crise institutionnelle, le chef de l’ONU appelle à la retenue

4 mars 2020

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, suit avec préoccupation la crise institutionnelle en Guinée-Bissau provoquée par le différend électoral en cours, a indiqué son porte-parole dans un communiqué de presse publié mardi soir.

« Le Secrétaire général encourage toutes les parties prenantes à attendre la décision de la Cour suprême de justice, à faire preuve de la plus grande retenue et à prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher tout acte susceptible de compromettre la paix et la stabilité en Guinée-Bissau », a-t-il ajouté.

« Le Secrétaire général réitère l'engagement des Nations Unies de continuer à accompagner les Bissau-Guinéens dans leurs efforts pour consolider la paix, la démocratie et le développement », a encore dit le porte-parole.

La Guinée-Bissau est confrontée à une crise post-électorale, après le scrutin présidentiel de fin décembre.

Mardi, le gouvernement nommé par Umaro Sissoco Embalo, qui se présente comme le Président élu, s’est installé dans les ministères. Mais le parti de son rival Domingos Simões Pereira dénonce un coup de force et un gouvernement « illégal ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU souligne les défis du processus post-électoral en Guinée-Bissau

Devant le Conseil de sécurité, la Représentante spéciale de l’ONU, Rosine Sori-Coulibaly a regretté vendredi la « profonde méfiance » des hommes politiques bissau-guinéens, les divisions au sein du pouvoir exécutif et les changements d'alliances politiques au sein du parlement.