Iraq : l’envoyée de l’ONU appelle les responsables politiques à écouter la population qui manifeste

3 mars 2020

Alors que les manifestations anti-gouvernementales se poursuivent en Iraq, l’envoyée de l’ONU dans ce pays a encouragé mardi les responsables politiques iraquiens à écouter la population et les aspirations qu’elle exprime.

« Après cinq mois de manifestations et de nombreux morts et blessés, il devrait être clair que les manifestants pacifiques - soutenus par une majorité silencieuse - ne bougeront pas sur leurs aspirations. Cela devrait être la première et la dernière préoccupation de la classe politique – mais jusqu'à présent, nous avons vu peu de résultats », a déclaré devant le Conseil de sécurité Jeanine Hennis-Plasschaert, Représentante spéciale du Secrétaire général en Iraq.

Selon elle, « pour répondre aux demandes du peuple, il faudra effort collectif ». « J'insiste à nouveau sur le fait qu'aucun Premier ministre ne peut travailler seul. Chaque acteur politique et chaque dirigeant a pour responsabilité de restaurer la confiance de l’opinion publique dans son gouvernement et ses institutions », a-t-elle ajouté.

Fin novembre 2019, le Premier ministre Abdul Mahdi a annoncé sa démission, et il y a quelques jours, le nouveau Premier ministre désigné a retiré sa candidature. Le Président a désormais 15 jours pour désigner un nouveau Premier ministre.

« Tout cela prolonge l’incertitude et pose des défis importants, érodant davantage la confiance de l’opinion publique », a estimé Mme Hennis-Plasschaert, qui est également la cheffe de la Mission des Nations Unies en Iraq (MANUI).

Abus intolérables

Selon elle, « les nombreux Iraquiens courageux - qui continuent de payer un prix inimaginable pour que leur voix soit entendue - méritent que nous reconnaissions les abus intolérables dont ils sont victimes ».

Citant des meurtres, des enlèvements, des violences, des menaces, elle a jugé « impératif de mettre un terme à ces abus ». « Il est aussi impératif que les auteurs soient traduits en justice », a-t-elle ajouté.

Elle a par ailleurs jugé sans précédent la participation de femmes iraquiennes aux manifestations. « Cela marque une nouvelle page dans l'histoire de la mobilisation des femmes en Iraq. Les dirigeants politiques devraient en tenir compte », a-t-elle dit.

Selon elle, une autre priorité absolue est la corruption, « peut-être la plus grande source de dysfonctionnement en Iraq ». Elle a jugé nécessaire une réforme d’ampleur pour réduire la bureaucratie et renforcer l’Etat de droit et les mécanismes anti-corruption.

Quant à l’extrémisme violent, Jeanine Hennis-Plasschaert a estimé qu’il n’était pas possible d’ignorer la menace persistante du terrorisme.

« Bien que l'EIIL (Daech) ait été vaincu territorialement, il a continué, au cours des deux derniers mois, ses tentatives d'accroître ses opérations militaires dans le nord-est de Diyala, le nord de Bagdad et les régions de l'ouest de l'Iraq », a-t-elle noté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

« Je ne vois pas d’avenir pour moi » : dans l’Iraq de l’après-Daech, 355.000 enfants ne vont pas à l’école

Deux ans après la défaite du groupe extrémiste Daech en Iraq, plus de 350.000 enfants ne sont toujours pas scolarisés dans ce pays, alertent les Nations Unies dans un rapport publié lundi.