Coronavirus : des experts européens et de l’OMS en Italie pour soutenir les efforts de contrôle et de prévention

L'épidémie de coronavirus s'est propagée à l'Europe.
Unsplash
L'épidémie de coronavirus s'est propagée à l'Europe.

Coronavirus : des experts européens et de l’OMS en Italie pour soutenir les efforts de contrôle et de prévention

Santé

Une équipe d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM), dirigée par l’OMS, est arrivée lundi en Italie pour soutenir les autorités italiennes dans leurs efforts pour mieux contrôler et prévenir l'épidémie de coronavirus COVID-19.

« L’Organisation mondiale de la santé (OMS) soutient le gouvernement italien dans ses efforts et son engagement pour atténuer cette épidémie et gérer efficacement les cas. Le moment est venu de faire preuve de solidarité et de coopération, de travailler ensemble pour protéger la santé de tous », a déclaré Dr Hans Kluge, Directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

Les experts de l'agence onusienne tenteront d’apporter leur soutien à Rome dans les domaines de la prise en charge clinique, de la prévention et du contrôle des infections, de la surveillance et de la communication des risques.

« À ce stade, l’accent est mis sur la limitation de la transmission interhumaine », relève l’OMS. Le nombre de cas de contamination au nouveau coronavirus est resté stable lundi en Italie avec 229 cas dont six décès, a souligné l’OMS dans son tableau de bord.

Fermeture d’écoles et annulation de manifestations sportives

Mais lundi, l’agence onusienne avait jugé « très préoccupante l’augmentation soudaine » de nouveaux cas en Italie, en Corée du Sud et en Iran. Selon l’OMS, les autorités italiennes ont signalé « une augmentation rapide » des cas de coronavirus confirmés en laboratoire depuis le 21 février 2020.

Une première enquête menée par Rome a révélé plusieurs groupes de cas dans différentes régions du nord de l’Italie, avec « des preuves de transmission locale » du COVID-19. « COVID-19 est un nouveau virus que nous devons prendre très au sérieux. Cette mission en Italie est l’un des moyens par lesquels le Bureau régional de l’OMS en Europe soutient les pays de la région », a commenté Dr. Kluge.

Alors que l’on s’attendait à une transmission locale limitée du COVID-19 de personne à personne dans les pays autres que la Chine, l’augmentation rapide des cas signalés en Italie au cours des deux derniers jours est préoccupante. Toutefois, l’OMS note que, selon les données actuelles, dans la majorité des cas (4 sur 5), les personnes ne présentent que des symptômes légers ou aucun symptôme.

Dans ces conditions, les autorités sanitaires italiennes mettent en œuvre des mesures visant à prévenir la transmission, notamment la fermeture d’écoles et de bars ainsi que l’annulation de manifestations sportives et autres rassemblements de masse dans les zones touchées. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de la stratégie de confinement actuellement mise en œuvre à l’échelle mondiale pour tenter d’arrêter la propagation du COVID-19.

L’Italie réunit les ministres de la Santé de ses pays frontaliers

C’est dans ce contexte que les rapports des médias indiquent que l’Italie réunit mardi les ministres de la Santé de ses pays frontaliers à Rome pour déterminer des lignes d’action communes face à l’épidémie de coronavirus. L’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, la France, la Suisse, la Slovénie et l’Union européenne devaient être représentées.

Plus largement, l’OMS entend « travailler dur » avec les États membres pour s’assurer qu’ils sont prêts pour le COVID-19, « en se préparant à l’arrivée des cas et à une éventuelle propagation localisée ». Mais « il est essentiel que nous traitions les patients avec dignité et compassion, que nous mettions en place des mesures pour prévenir la transmission ultérieure et que nous protégions les agents de santé », a fait valoir le Directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

De leur côté, les pays de la région européenne continuent à se préparer et à répondre aux cas du COVID-19. Il s’agit notamment de déterminer comment détecter rapidement les personnes malades, de tester des échantillons provenant de cas suspects et d’assurer un contrôle de l’infection. L’OMS insiste également sur la gestion des cas appropriés pour minimiser le risque de propagation du virus, et de maintenir la communication avec le public.

La soudaine flambée depuis vendredi des cas de nouveau coronavirus, passés de 6 à 229 en moins d’une semaine, fait de l’Italie le pays le plus touché en Europe et le troisième dans le monde après la Corée du Sud et la Chine.