Burkina Faso : l’ONU condamne une attaque sanglante contre une église dans le village de Pansi

17 février 2020

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné fermement lundi l’attaque ayant visé des fidèles dans une église du village de Pansi, dans le nord du Burkina Faso, dimanche 16 février.

« Le Secrétaire général présente ses sincères condoléances aux familles des victimes. Il souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Il souligne que les auteurs de ce crime horrible, et de la série d’attaques qui l’ont précédé, doivent être traduits en justice », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général réitère l'engagement des Nations Unies à soutenir le Burkina Faso dans sa lutte contre l'extrémisme violent et dans la consolidation d'une paix et d'un développement durables », a-t-il ajouté.

Selon la presse, cette attaque par un groupe extrémiste contre une église protestante de Pansi a fait 24 morts, dont le pasteur de l’église. Dix-huit personnes auraient également été blessées et d’autres enlevées.

Le nord du Burkina Faso est confronté à une escalade de la violence depuis quelques années. Les attaques contre des civils sont devenues de plus en plus fréquentes et meurtrières.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Sahel, Lac Tchad : la résolution des conflits exige une appropriation des Etats concernés (Conseil de sécurité)

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a rappelé que la lutte contre le terrorisme et la résolution des conflits en Afrique de l’Ouest, notamment dans les pays des régions du Sahel et du bassin du Lac Tchad, s’inscrit dans une « démarche globale » mais repose sur une « appropriation nationale » des Etats de la région.