Syrie : le conflit à Idlib perturbe les distributions de nourriture du PAM dans le nord-ouest du pays

14 février 2020

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) continue de fournir une aide alimentaire d’urgence aux personnes qui en ont désespérément besoin dans le nord-ouest de la Syrie, malgré l’escalade des hostilités qui a provoqué cette semaine une interruption de 24 heures des distributions de vivres.

« Nous sommes profondément préoccupés par le sort de milliers de familles qui ont dû quitter leur maison par des températures hivernales glaciales en quête de sécurité dans des camps déjà surpeuplés », a déclaré Muhannad Hadi, le directeur régional du PAM pour le Moyen-Orient, l’Asie centrale et l’Europe de l’Est.

Le PAM et ses partenaires sont confrontés à « des conditions de plus en plus difficiles » dans le nord-ouest de la Syrie. « Les organismes humanitaires ont été contraints mardi d’arrêter temporairement les distributions », a déclaré Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève lors d’un point de presse vendredi. Selon l’agence onusienne humanitaire, la récente recrudescence des hostilités a perturbé le mouvement des camions acheminant de l’aide vers la région depuis la Turquie.

Des rations alimentaires fournies aux déplacés

Face à cette situation, le PAM a prépositionné de la nourriture dans le nord-ouest de la Syrie pour répondre aux besoins croissants des populations vulnérables. Le l’agence onusienne et ses partenaires ont lancé en décembre une opération de réponse immédiate pour fournir des vivres à toutes les personnes déplacées.

Depuis le début de cette année, l’agence onusienne a fourni des rations alimentaires d’urgence prêtes à consommer à plus de 300.000 personnes déplacées. Cette nourriture peut être consommée sans cuisson et est légère à transporter. En outre, les partenaires du PAM ont distribué une aide alimentaire mensuelle à près de 900.000 personnes.

Selon le PAM, les civils continuent de payer un lourd tribut dans ce conflit syrien. Les bombardements intensifs de la ville d’Atareb ces deux derniers jours ont provoqué d’importants déplacements de population. A ce jour, les frappes aériennes et les affrontements armés dans le nord-ouest de la Syrie ont déplacé plus de 800.000 personnes depuis décembre 2019 - dont 80 % sont des femmes et des enfants.

Les familles déplacées se dirigent en direction du nord, vers des camps déjà surpeuplés près de la frontière entre la Syrie et la Turquie. Plus de 140.000 personnes ont été déplacées cette semaine. De nombreuses familles ont été forcées de fuir à pied en plein hiver, avec des températures nocturnes atteignant parfois -10 degrés Celsius. Au cours des neuf dernières années de conflit, les populations du nord-ouest de la Syrie ont déjà été déplacées à plusieurs reprises et dépendent fortement de l’aide humanitaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : plus de 50 établissements de santé contraints de cesser leurs activités dans le nord-ouest (OMS)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a tiré lundi la sonnette d’alarme sur les menaces graves pour la santé auxquelles sont confrontés des centaines de milliers de Syriens contraints de fuir en raison de l'intensification des hostilités dans le nord-ouest de la Syrie et des attaques contre les établissements de santé.