L’ONU célèbre la radio, source d’innovation et exemple de diversité

13 février 2020

En cette Journée mondiale de la radio (13 février), les Nations Unies rendent hommage au pouvoir durable de ce média qui contribue à la promotion de la diversité et à l’édification d’un monde plus pacifique et plus solidaire. 
 

« La radio a un pouvoir rassembleur. Alors que les médias évoluent rapidement, la radio conserve une place particulière dans chaque communauté, puisqu’il s’agit d’une source accessible de nouvelles et d’informations vitales », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un message pour la Journée.

« Mais la radio est aussi une source d’innovation », a souligné M. Guterres, rappelant que c’est à travers ce média qu’ont été introduits les échanges avec le public et les contenus générés par les utilisateurs, des dizaines d’années avant qu’ils ne deviennent courants.

La radio a un pouvoir rassembleur - António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

« La radio, de par ses formats, ses langues et les professionnels qui y travaillent, est un merveilleux exemple de diversité », a précisé le Secrétaire général de l’ONU. « Cela envoie un message important au monde entier. Alors que nous nous efforçons d’atteindre les objectifs de développement durable et de lutter contre la crise climatique, la radio a un rôle clef à jouer en tant que source d’information et d’inspiration », a ajouté le chef de l’ONU.

« Dans ce « pays des voix », ainsi que Walter Benjamin surnommait la radio dans ses Écrits radiophoniques, chacun peut se sentir chez soi », a, pour sa part, rappelé Audrey Azoulay, la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) dans son message pour la Journée.

À la diversité des canaux de diffusion – AM, FM, longues ondes, et de manière croissante, radios numériques, webradios et podcasts – répondent en effet la diversité des contenus et des émissions produites, la pluralité des opinions, des expressions culturelles, des sensibilités exprimées, explique la cheffe de l’UNESCO.

Un média libre et humaniste au service de la diversité (UNESCO)

Par la liberté qu’elle offre, la radio est un moyen unique de promouvoir la diversité culturelle. C’est notamment le cas pour les populations autochtones, qui peuvent trouver en la radio un média accessible pour partager leurs expériences, promouvoir leurs cultures, exprimer leurs idées dans leurs propres langues. C’est aussi le cas des radios communautaires qui relaient les préoccupations de nombreux groupes sociaux, dont la voix, sans la radio, porterait bien moins dans le débat public. « C’est la raison pour laquelle l’UNESCO soutient activement ces radios et fait en sorte, avec tous les moyens que son mandat lui confère, qu’elles puissent se développer », a précisé Mme Azoulay.

En invitant l’auditeur à élargir son horizon, à découvrir de nouvelles perspectives, à favoriser la compréhension interculturelle, la radio est ainsi un média humaniste, qui participe à lutter contre les préjugés et les discriminations.

La radio « nous parle », même si nous n’écoutons personne - Theodor Adorno

« Cette diversité doit se concevoir au sein des contenus radiophoniques, mais aussi parmi les créateurs de ces contenus – techniciens, programmateurs, journalistes, ingénieurs du son, chacun a un rôle à jouer en la matière », a souligné la Directrice générale. « Il est dans ce cadre important que l’industrie radiophonique soit elle-même une industrie de la diversité, reflétant la complexité et la richesse de nos sociétés. Cette diversité est d’ailleurs un atout, car elle est synonyme de plus grande créativité et de plus grande innovation dans les contenus produits », a insisté la cheffe de l’agence onusienne qui défend la liberté de la presse.

Dans ce contexte, l’UNESCO s’attache en particulier à promouvoir une plus grande participation des femmes au sein de l’industrie radiophonique. Les Indicateurs d’égalité des genres dans les médias participent ainsi à mesurer le degré de sensibilisation, dans les médias et les contenus produits, à l’égalité des genres, en permettant d’évaluer concrètement les progrès accomplis – et ceux qui demeurent encore à faire – pour donner plus de place à la diversité.

« Chaque fois que nous allumons la radio, les phénomènes qui s’ensuivent ont une certaine expression. La radio « nous parle », même si nous n’écoutons personne ».

« C’est par ces mots que Theodor Adorno célébrait cette magie de la radio, cette magie que nous entretenons en cette Journée mondiale », a rappelé Mme Azoulay. 
 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.