Crise climatique : l’Antarctique affiche une température record de 18,3°C

7 février 2020

L'Antarctique aurait connu jeudi un nouveau record de température de plus de 18°C, a confirmé l'Organisation mondiale météorologique (OMM), ravivant les craintes d'une accélération de la fonte des calottes glaciaires de la planète et d’une élévation accrue du niveau de la mer.

« Le record relevé au nord du continent serait considéré comme inhabituel, même pendant les mois d'été actuellement plus chauds », a déclaré la porte-parole de l'OMM, Claire Nullis, lors d’un point de presse à Genève.

« La base de recherche argentine, qui s'appelle Esperanza, se trouve à l'extrémité nord de la péninsule Antarctique, a établi un nouveau record de température hier : 18,3°C, ce qui n'est pas un chiffre que l'on associe normalement à l'Antarctique, même en été. Cela a battu l'ancien record de 17,5°C, qui avait été établi en 2015 », a précisé Mme Nullis.

Les experts de l'OMM vont maintenant vérifier si l'extrême température constitue un nouveau record pour le continent antarctique, qui est défini comme la principale masse continentale.

Il ne faut pas le confondre avec la région de l'Antarctique, qui englobe tout ce qui se trouve au sud des 60 degrés de latitude, et où une température record de 19,8°C a été enregistrée sur l'île Signy en janvier 1982.

Le phénomène de Foehn

Les experts de l'OMM sont censés examiner les conditions météorologiques entourant l'événement, en particulier s'il est associé à un phénomène météorologique connu sous le nom de « foehn ».

Les épisodes de foehn sont une caractéristique commune des régions alpines. Ils impliquent souvent des vents violents en altitude et un réchauffement rapide de l'air lorsqu'il descend des pentes ou des sommets, sous l'effet de différences de pression atmosphérique importantes.

« C'est l'une des régions de la planète qui se réchauffe le plus rapidement », a déclaré Mme Nullis à propos de l'Antarctique. « Nous entendons beaucoup parler de l'Arctique, mais cette partie particulière de la péninsule antarctique se réchauffe très rapidement. Au cours des 50 dernières années, elle s'est réchauffée de près de 3°C ».

Alors que l’on constate un réchauffement constant des températures, Mme Nullis a signalé que la quantité de glace perdue annuellement de la calotte glaciaire de l'Antarctique « a été multipliée au moins par six entre 1979 et 2017 ».

La majeure partie de cette perte de glace se produit lorsque les plates-formes de glace fondent par en dessous, au contact de l'eau relativement chaude de l'océan, a-t-elle expliqué.

La fonte est particulièrement marquée dans l'ouest de l'Antarctique, selon l'OMM, et dans une moindre mesure le long de la péninsule et dans l'est de l'Antarctique.
 

Photo ONU/Eskinder Debebe
Dans le sud-est de l'Islande, le lagon glaciaire de Jökulsárlón formé par la fonte d'un glacier.

Recul accéléré des glaciers

En ce qui concerne la fonte des glaciers, Mme Nullis a averti qu'environ « 87 % des glaciers de la côte ouest de la péninsule Antarctique ont reculés au cours des 50 dernières années, la plupart d'entre eux montrant un retrait accéléré au cours des 12 dernières années ».

L’état des principaux glaciers de la calotte glaciaire de l'Antarctique occidental est particulièrement préoccupant.

Le glacier de Pine Island, les deux grandes failles repérées pour la première fois début 2019, ont chacune atteint une vingtaine de kilomètres de longueur.

« Il y a beaucoup de conversations sur Twitter en ce moment autour de l'image satellite montrant des fissures dans le glacier de Pine Island en Antarctique », a déclaré Mme Nullis. « Elles se sont agrandies rapidement ces derniers jours. L'Union européenne dispose d'un satellite appelé Sentinel qui les mesure et les surveille, et les images sont assez spectaculaires ».

Environ deux fois plus grand que l'Australie, l'Antarctique est froid, venteux et sec. La température annuelle moyenne varie de moins 10°C sur la côte de l'Antarctique à moins 60°C aux points les plus élevés de l'intérieur. 

Son immense calotte glaciaire, qui peut atteindre 4,8 kilomètres d'épaisseur, contient 90 % de l'eau douce de la planète, ce qui suffit à faire monter le niveau de la mer d'environ 60 mètres, si tout venait à fondre.
 

ONU Photo/Eskinder Debebe
L'île du Roi George, Antarctique.

Des millions de personnes menacées par la fonte des glaces

Dans un rapport clé publié en septembre dernier par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), les chercheurs ont averti que des centaines de millions de personnes sont menacées par la fonte des glaces dans les régions polaires de la planète, liée à l'élévation du niveau de la mer.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de l’ONU appelle à la mobilisation pour faire de la prochaine conférence sur le climat à Glasgow un succès

Après le résultat décevant de la Conférence sur le climat à Madrid (COP25) en décembre 2019, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé lundi à la mobilisation pour faire de la prochaine conférence à Glasgow (COP26) un succès.