Réinstallation des réfugiés : le HCR appelle les Etats à faire plus

5 février 2020

Un écart considérable subsiste entre les besoins de réinstallation des réfugiés et la mise à disposition de places par les gouvernements à travers le monde, a alerté mercredi le HCR.

Le nombre de réfugiés réinstallés a connu une hausse modeste en 2019 par rapport à 2018 (14 %). Mais cette hausse reste insuffisante au regard des besoins, souligne l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Sur 1,4 million de réfugiés qui devraient être réinstallés d’urgence, seuls 63.696 l’ont été par l’intermédiaire du HCR en 2019.

« La réinstallation n’est pas une solution adaptée à tous les réfugiés à travers le monde mais c’est une mesure de protection qui sauve la vie des personnes les plus exposées au danger », a déclaré Grainne O’Hara, directrice de la protection internationale au HCR.

Le plus grand nombre de départs en réinstallation facilités par le HCR l’année dernière ont eu lieu vers les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, la Suède et l’Allemagne. Parmi plus de 63.000 réfugiés réinstallés l’année dernière, la majorité d’entre eux étaient originaires de la Syrie, de la République démocratique du Congo (RDC) et du Myanmar.

Créer plus d’opportunités de réinstallation

L’augmentation des opportunités de réinstallation des réfugiés et la mise en place d’autres voies complémentaires d’admission, notamment par le biais du regroupement familial, du travail et des études, est l’un des principaux objectifs du Pacte mondial sur les réfugiés, a rappelé le HCR.

« Il s’agit d’un moyen concret pour les États de se répartir les responsabilités et de faire preuve de solidarité envers les pays d’accueil qui apportent leur aide à d’importantes populations réfugiées », précise l’agence onusienne.

Afin de favoriser la hausse du nombre de places disponibles pour la réinstallation et les autres formes d'admission, ainsi que l'élargissement du nombre de pays offrant ces programmes, une Stratégie triennale sur la réinstallation et les voies d’admission complémentaires a été lancée en 2019 par les gouvernements, les organisations non gouvernementales, la société civile et le HCR.

Bien que l’objectif de la stratégie de 60.000 départs en réinstallation vers 29 États a été atteint en 2019, le HCR craint que, sur la base des projections actuelles, un nombre plus limité de réfugiés ne soient réinstallés cette année. En 2020, l’objectif est que 31 pays réinstallent jusqu’à 70 000 réfugiés orientés par le HCR.

Financer les réinstallations

L’augmentation du nombre de places de réinstallation, la hausse du nombre de pays admettant des réfugiés dans le cadre de la réinstallation et d’autres voies complémentaires, ainsi que la sauvegarde de l’intégrité du programme de réinstallation font partir des priorités du HCR cette année.

Le HCR et l’OIM ont lancé ensemble l’Initiative sur la réinstallation durable et les parcours complémentaires (CRISP) pour mettre en œuvre les activités nécessaires à la réalisation des objectifs en matière de réinstallation et de voies d’admission complémentaires., les deux agences onusiennes appellent les États à fournir le soutien financier nécessaire, soit 19,9 millions de dollars.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Sahel : le HCR renforce son aide aux populations déplacées par les violences

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) renforce ses opérations dans la région du Sahel où l’insécurité grandissante a contraint un nombre croissant de personnes à fuir leurs foyers.