L’ONU reste déterminée à aider les Palestiniens et les Israéliens à résoudre le conflit qui les oppose

4 février 2020

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a rappelé mardi la détermination de l’Organisation à réaliser la vision de deux Etats – Israël et Palestine – vivant côte à côte dans la paix et la sécurité.

« La position des Nations Unies sur la solution des deux États a été définie, au fil des ans, par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale auxquelles le Secrétariat est lié », a souligné M. Guterres lors d’une réunion du Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien au siège de l’ONU à New York.

« L'ONU reste déterminée à aider les Palestiniens et les Israéliens à résoudre le conflit sur la base des résolutions des Nations Unies, du droit international et des accords bilatéraux et à réaliser la vision de deux États - Israël et la Palestine - vivant côte à côte dans la paix et la sécurité à l'intérieur de frontières reconnues, sur la base des lignes antérieures à 1967 », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a tenu ces propos alors que le Président américain Donald Trump a présenté la semaine dernière un plan de paix pour le Moyen-Orient prévoyant notamment la légalisation des 240 colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et l’annexion par Israël d’environ 30% de la Cisjordanie.

Selon M. Guterres, le règlement du conflit israélo-palestinien « demeure la clé d'une paix durable au Moyen-Orient » et sa persistance « se répercute bien au-delà d'Israël et du territoire palestinien occupé » et « continue de radicaliser davantage la région ».

« C'est pourquoi nous avons lancé à plusieurs reprises des alertes concernant des actions qui éroderaient la possibilité d'un État palestinien viable et contigu fondé sur la solution des deux États et qui sont contraires au droit international et aux résolutions de l'ONU », a-t-il dit, citant l'expansion et l'accélération des activités de colonisation illégales en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est, ainsi que les démolitions et les saisies de biens appartenant aux Palestiniens et les expulsions.

« Nous avons également déclaré à plusieurs reprises que Jérusalem restait une question de statut final. L’avenir de la ville ne peut être résolu que sur la base du droit international et par le biais de négociations entre les parties », a-t-il ajouté.

S’agissant des souffrances des Palestiniens vivant dans la bande de Gaza, le chef de l’ONU a rappelé que les projets mis en œuvre par les agences des Nations Unies et d'autres donateurs étaient utiles, mais qu’il restait encore beaucoup à faire.

« Gaza nécessite en fin de compte des solutions politiques. Les restrictions à la circulation des marchandises et des personnes à destination et en provenance de Gaza doivent également être assouplies, dans le but de les lever à terme », a-t-il dit.

M. Guterres a également jugé essentiel que les importants efforts de réconciliation intra-palestiniens menés par l'Égypte se poursuivent.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Réfugiés palestiniens : l’UNRWA a besoin de 1,4 milliard de dollars pour financer ses activités en 2020

L’agence des Nations Unies chargée des réfugiés palestiniens a déclaré vendredi avoir besoin d’au minimum 1,4 milliard de dollars pour financer ses activités en 2020 auprès de 5,6 millions de réfugiés palestiniens au Moyen-Orient.