Climat : le Suriname affirme son engagement en faveur d’un avenir durable

2 février 2020

Le Suriname est devenu le deuxième pays au monde à présenter des plans mis à jour pour lutter contre le changement climatique dans l'espoir de garantir que toute augmentation future de la température de la planète ne dépassera pas 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

Le pays sud-américain décrit son nouveau plan national comme « une voie rentable vers la décarbonisation d'un développement économique substantiel ».

Mais qu'est-ce que tout cela signifie en termes d'efforts mondiaux pour inverser le réchauffement de la planète ? Lisez la suite pour une explication.

Quels sont ces plans et pourquoi en entend-on parler maintenant ?

À l'échelle mondiale, 196 pays, plus l'Union européenne, ont initialement signé l'Accord de Paris en 2015, qui engage la communauté internationale à limiter le réchauffement climatique « bien en dessous de 2 degrés Celsius » et à viser, si possible, 1,5 degré Celsius.

On espère que ces objectifs ambitieux seront atteints collectivement par les pays en fixant des objectifs distincts, individuels ou nationaux appelés contributions déterminées au niveau national ou CDN. Ces CDN sont un élément clé de l'Accord de Paris et sont revus et mis à jour tous les cinq ans par les pays eux-mêmes. Nous sommes maintenant en 2020, donc tous les pays devraient déclarer leurs CDN modifiés. Les îles Marshall dans l'océan Pacifique ont été la première nation à le faire, le Suriname est le deuxième.

Le Suriname est-il un grand émetteur de gaz à effet de serre qui conduisent au changement climatique ?

Non, au contraire, le Suriname a déclaré dès 2014 qu'il avait une économie à bilan carbone négatif. Cela signifie que tous les gaz de réchauffement climatique qu'il produit sont compensés par les ressources naturelles qui absorbent ces gaz.

Le pays d'Amérique du Sud est couvert à 93% par la forêt, qui agit comme un énorme puits de carbone; en d'autres termes, tous ces arbres captent ou aspirent le gaz carbonique nocif qui le retire de l'atmosphère. Moins de dioxyde de carbone signifie moins de réchauffement.

Photo PNUD Suriname/Pelu Vidal
Les forêts couvrent 93% de la superficie du Suriname et sont riches en biodiversité.

Alors pourquoi la mise à jour du Suriname de ses CDN est-elle importante ?

Cela est significatif à plusieurs niveaux, tout d'abord comme une affirmation que ce petit pays est déterminé à lutter contre le changement climatique, mais aussi comme un rappel aux autres pays qu'ils doivent eux aussi mettre à jour leurs plans si la communauté internationale veut atteindre l'objectif de 2 degrés Celsius, qui a été convenu à Paris il y a cinq ans.

Et bon nombre des petits pays en développement et en particulier des États insulaires, ou des régions côtières basses, tiennent à faire avancer les nouveaux engagements car ils sont particulièrement sensibles au changement climatique, même s'ils ont le moins contribué au problème.

Le Suriname a une petite population d'un peu plus d'un demi-million, et donc la plupart des infrastructures et des activités économiques sont concentrées le long de sa côte atlantique facilement accessible.

Cette zone côtière a déjà subi une érosion importante et a subi des dommages dus à de fortes précipitations, des inondations, des températures plus élevées pendant les saisons sèches et des vents violents. Ces types de phénomènes naturels (et dans certains cas, des catastrophes) devraient s'aggraver avec le changement climatique.

Photo PNUD Suriname
L'agriculture représente une part importante de l'économie au Suriname.

Les plans d’action climatique des pays les plus pauvres du monde tiennent-ils compte du besoin de développement ?

Absolument, en fait, tous les pays, riches et pauvres, visent à se développer de manière durable en développant leurs économies et la richesse et le bien-être social de leurs citoyens tout en trouvant des moyens d'inverser le changement climatique et de protéger l'environnement.

Ainsi, lorsque le Suriname parle d'une « voie rentable vers la décarbonisation d'un développement économique substantiel », il s'engage à maintenir « l'intégrité de la forêt naturelle agissant comme un puits de carbone » tout en diversifiant son économie dans le but de créer les conditions d'un développement durable .

La différence importante entre les pays en développement et les pays développés est que les premiers n'ont généralement pas assez d'argent pour concrétiser leurs plans et c'est pourquoi les pays riches et le secteur privé sont invités à intervenir et à s'associer avec les pays pauvres. Le Suriname indique que son « processus d'amélioration des CDNs » coûtera 696 millions de dollars.

Alors, quels sont les plans du Suriname ?

Les CDN actualisés du Suriname se concentrent sur quatre domaines clés : forêts, électricité, agriculture et transports. Il s'est engagé à maintenir 93% du couvert forestier, mais affirme qu '« un soutien international important est nécessaire pour la conservation de cette précieuse ressource à perpétuité ».

L'électricité durable et « propre » est également une priorité et dans ses CDN mises à jour, le Suriname s'est engagé à « maintenir la part de l'électricité produite à partir de sources renouvelables au-dessus de 35% d'ici 2030 ».

L’agriculture est à l’origine de 40% des émissions totales du pays, mais constitue également une source précieuse de revenus. Dans le même temps, le secteur est fortement touché par le changement climatique, de sorte que le Suriname se concentre sur le développement d'une agriculture intelligente face au climat. Cela comprend la gestion des ressources en eau, la promotion d'une gestion durable des terres; et l'adoption de technologies innovantes, par exemple la conversion de la biomasse en énergie.

Les transports sont une autre source importante et croissante de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, et des plans ont été annoncés pour améliorer les transports publics et introduire des contrôles sur les émissions des véhicules.

Que se passe-t-il ensuite ?

Nous espérons que davantage de pays mettront à jour leurs CDN en 2020 et les présenteront lors de la prochaine grande conférence internationale sur le climat (connue sous le nom de COP26) qui se tiendra à Glasgow au Royaume-Uni en novembre.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a déclaré qu '« à Glasgow, les gouvernements doivent apporter le changement transformationnel dont notre monde a besoin et que les gens exigent, avec une ambition beaucoup plus forte - ambition sur l'atténuation, ambition sur l'adaptation et ambition sur la finance ».

En fin de compte, la réunion devrait indiquer clairement si la communauté mondiale est sur la bonne voie pour atteindre l'objectif de 2 degrés Celsius.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

2019 a été la deuxième année la plus chaude de l’histoire, selon l’ONU

L'année 2019 a été la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée après 2016, a confirmé mercredi l'Organisation météorologique mondiale (OMM).