A New York, l’ONU commémore les victimes de l’Holocauste et dénonce la résurgence de l’antisémitisme

27 janvier 2020

Les Nations Unies ont commémoré ce lundi au siège de l’Organisation à New York la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, l’occasion pour le Secrétaire général de l’ONU de dénoncer la résurgence de l’antisémitisme aujourd’hui.

Cette année, l’ONU a célébré le 75e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau par les troupes soviétiques le 27 janvier 1945. Une commémoration a également eu lieu à l’ONU à Genève ce lundi et l’UNESCO a organisé un hommage la semaine dernière à son siège à Paris.

« Nous nous réunisson aujourd'hui à l'Assemblée générale des Nations Unies pour commémorer le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz-Birkenau, pour nous souvenir des six millions de Juifs et de nombreux autres qui ont été assassinés par les nazis et leurs collaborateurs lors de l'Holocauste, et pour nous engager à empêcher toute répétition de ces crimes », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un discours lors de cette cérémonie.

Le chef de l’ONU a rappelé que l’Organisation avait été créée après la Seconde Guerre mondiale afin d’empêcher toute répétition de ces crimes contre l'humanité.

« Notre solidarité face à la haine est plus que jamais nécessaire aujourd'hui, alors que nous assistons à une résurgence profondément inquiétante des attaques antisémites dans le monde », a-t-il ajouté.

New York a connu une augmentation de 21% des crimes de haine antisémites en 2019, a noté le chef de l’ONU. La France a connu une augmentation de 74% des attaques antisémites en 2018 et au Royaume-Uni, elles ont augmenté de 16%.

« Nous devons nommer ce phénomène pour ce qu'il est : il y a une crise mondiale de haine antisémite ; un flux constant d'attaques visant les Juifs, leurs institutions et leurs biens », a déclaré M. Guterres.

« Les néonazis et les suprémacistes blancs connaissent un nouvel essor, s'organisent et diffusent en ligne leur idéologie et iconographie empoisonnées », a-t-il souligné.

Il a noté que cette recrudescence de l'antisémitisme s’inscrivait dans le cadre d’une augmentation de la xénophobie, de l'homophobie, de la discrimination et de la haine dans de nombreuses régions du monde, ciblant les personnes sur la base de leur identité, notamment la race, l'ethnicité, la nationalité, la religion, l'orientation sexuelle, le handicap et le statut migratoire.

« Les attaques contre les minorités religieuses sont particulièrement préoccupantes. Partout dans le monde, nous avons vu des Juifs assassinés dans des synagogues, leurs pierres tombales défigurées par des croix gammées ; des chrétiens tués pendant la prière, leurs églises incendiées ; et des musulmans abattus dans des mosquées, leurs sites religieux vandalisés », a dénoncé le Secrétaire général.

 

Eduquer les jeunes

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Tijjani Muhammad-Bande, a également déclaré qu’il fallait s’assurer que les atrocités de l'Holocauste ne se répètent pas.

« La responsabilité d'éduquer les jeunes concernant cette question et tous les crimes odieux nous appartient », a-t-il dit dans un discours lors de la commémoration. « Nous avons l'obligation d'éduquer les jeunes sur ce qui se passe lorsque la dignité humaine est menacée ».

Selon le Président de l’Assemblée générale, l'éducation concernant l'Holocauste est essentielle pour permettre aux jeunes de devenir des citoyens actifs et résilients dans la construction d'un monde plus pacifique, plus inclusif et plus sûr.

« Il est important de présenter cette histoire aux jeunes afin qu'ils puissent comprendre les leçons apprises et développer une boussole morale qui encourage la tolérance, l'acceptation et la solidarité », a-t-il ajouté.

Un avis partagé par António Guterres, pour qui « l’éducation est un élément essentiel de la solution ». « L’ignorance est le terreau du mensonge et du révisionnisme. ‘Plus jamais ça’, cela veut dire enseigner l’histoire, encore et encore », a-t-il dit.

Photo ONU/Loey Felipe
Vue d'un écran dans la salle de l'Assemblée générale lors de la cérémonie de commémoration des victimes de l'Holocauste

S'opposer à la normalisation de la haine

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a également dénoncé « une forte augmentation de nombreuses formes de haine » aujourd’hui, y compris « le poison de l'antisémitisme et d'autres attaques contre des communautés minoritaires ».

« Nous devons nous opposer à cette normalisation de la haine. Nous devons nous opposer à cette vague d'antisémitisme, de xénophobie et d'autres tentatives de priver lentement des catégories spécifiques de personnes de leur humanité et de leurs droits », a-t-elle ajouté dans un communiqué de presse.

Selon Mme Bachelet, « face aux tentatives de déshumaniser et diaboliser des communautés, nous devons nous lever pour défendre les droits de l'homme ».

« Ce n'est qu'en défendant les droits de l'homme et en exigeant que les dirigeants agissent pour mettre fin à la discrimination que nous pouvons vraiment garantir que la persécution et le génocide ne se reproduiront plus vraiment », a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

António Guterres appelle à la solidarité face à la haine antisémite

Face aux attaques constantes contre les Juifs, leurs institutions et leurs biens, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a mis en garde samedi contre une crise mondiale de la haine antisémite.