RDC : en Ituri, Michelle Bachelet souligne que la tragédie a trop duré et doit cesser

23 janvier 2020

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a commencé jeudi sa première visite en République démocratique du Congo (RDC) par un déplacement dans la province de l’Ituri, dans le nord-est du pays, où elle a rencontré des membres des communautés Lendu et Hema.

Ces deux communautés ont fait l’objet d’un récent rapport de l’ONU qui indique que de « potentiels crimes contre l’humanité » auraient pu être commis dans le territoire de Djugu, à environ 75 kilomètres au nord-est de Bunia, la capitale de l’Ituri.

Le 10 janvier, un rapport conjoint de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) et du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a fait état de meurtres, de viols et d’autres violences dans la province de l'Ituri, dont au moins 701 personnes tuées, 168 blessées et 142 victimes de violences sexuelles.

« J'ai entendu des histoires déchirantes de personnes déplacées (de la communauté) Hema, en Ituri », a déclaré sur Twitter Mme Bachelet qui a rencontré jeudi après-midi les membres des deux communautés. « Cette tragédie a trop duré et doit cesser », a-t-elle ajouté.

Accompagnée du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU en RDC, François Grignon, la Haut-Commissaire a rencontré à Bunia plusieurs représentants du gouvernement congolais dont le Ministre des droits humains, André Lite, et des conseillers de la Présidence de la RDC.

Mme Bachelet a également rencontré le Gouverneur intérimaire de l’Ituri, Ibrahim Ucircan Bule, qui lui a présenté la situation sécuritaire dans sa province.

Selon le Gouverneur, la dégradation sécuritaire sur le terrain est la cause de graves violations de droits de l'homme dans sa province qui traverse une crise depuis 2017 particulièrement dans le territoire de Djugu.

M. Ucircan Bule a relevé des violations de droits de l'homme commises par des miliciens du groupe armé Codeco et a affirmé que le gouvernement de la RDC s’efforce à mettre fin à ces violences avec l’action de ses forces de l'ordre.

Le Gouverneur a précisé que, dans le cadre de la justice, plusieurs assaillants ont été arrêtés et condamnés par le tribunal militaire, soulignant toutefois que les défis restent énormes.

Radio Okapi/Isaac Remo Yope
La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, assiste à une réunion du Conseil provincial de sécurité de la province de l'Ituri, à Bunia, en République démocratique du Congo (RDC).

 

Ibrahim Ucircan Bule a demandé à Mme Bachelet de soutenir les efforts du gouvernement central et provincial, notamment à travers l'appui aux institutions judiciaires congolaises.

De son côté, le Ministre congolais des droits humains, André Lite, a souligné qu’en tant que membre des Nations Unies, la RDC a besoin de l'accompagnement de la communauté internationale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : plus de 260 civils ont été tués dans la région de Beni en novembre et en décembre (ONU)

Au cours des seuls mois de novembre et décembre 2019, plus de 260 civils ont été tués dans la région de Beni (Nord-Kivu), dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), par des combattants présumés du groupe rebelle des Forces démocratiques alliées (ADF), révèle une évaluation indépendante menée par des experts à la demande des Nations Unies.