A Paris, l’UNESCO commémore la libération du camp nazi d’Auschwitz

22 janvier 2020

L’UNESCO a commémoré mercredi le 75e anniversaire de la libération du camp de concentration et d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, à travers une conférence, une cérémonie et deux expositions, à son siège à Paris.

Cet hommage intervient alors qu’une commémoration sera organisée jeudi au mémorial de Yad Vashem, en Israël, à laquelle des dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement doivent participer.

Une commémoration est également prévue au siège des Nations Unies à New York, lundi 27 janvier, date officielle de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste. Cette journée commémore chaque année la libération d’Auschwitz par les troupes soviétiques en 1945.

Ce mercredi, à Paris, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a organisé une conférence intitulée Auschwitz-Birkenau 75 ans après afin de mettre en lumière les récentes découvertes scientifiques et d'explorer les questions sans réponse concernant l'histoire du site, les défis liés à sa préservation et son importance pour les générations futures.

Une cérémonie de commémoration a ensuite été ouverte par la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay.

Deux expositions ont également été inaugurées au siège de l’UNESCO. La première, intitulée Les crimes découverts : la première génération de chercheurs sur la Shoah, souligne les débuts de la recherche sur l’Holocauste. La deuxième, intitulée Voir Auschwitz, est consacrée au site du camp et à sa signification historique et contemporaine.

Photo ONU/Mark Garten
Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, inaugure une exposition au siège des Nations Unies commémorant le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz-Birkenau.

 

Au siège de l’ONU à New York, une exposition de photos marquant le 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz-Birkenau a été inaugurée mardi soir par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

« Cette libération a mis fin à l'Holocauste. Mais ce n'était que le début de nos efforts pour éviter que de tels crimes ne se reproduisent », a dit M. Guterres.

J'ai été choqué une fois de plus par la capacité de l'antisémitisme à se réinventer et à réapparaître maintes et maintes fois, au cours des millénaires - António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

« Je n'oublierai jamais ma visite à Yad Vashem il y a deux ans. J'ai été choqué une fois de plus par la capacité de l'antisémitisme à se réinventer et à réapparaître maintes et maintes fois, au cours des millénaires. Même après l'Holocauste, alors que ses résultats catastrophiques n'auraient pas pu être plus clairs, l'antisémitisme se poursuit », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a noté « une recrudescence effrayante des attaques antisémites en Europe et aux États-Unis » ces dernières années. Des attaques qui s’inscrivent dans le contexte « d'une augmentation inquiétante de la xénophobie, de l'homophobie, de la discrimination et de la haine de toutes sortes ».

Selon lui, « la mémoire et l'éducation sont un élément essentiel de nos efforts de prévention, car l'ignorance crée un terrain fertile pour les faux récits et les mensonges ».

« Comprendre notre histoire nous relie aux valeurs humaines essentielles de vérité, de respect, de justice et de compassion », a ajouté M. Guterres. « Alors que ces valeurs sont attaquées de toutes parts, nous devons les réaffirmer plus fermement que jamais ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'antisémitisme est toxique pour la démocratie et doit être combattu, souligne un expert de l’ONU

L'antisémitisme est toxique pour la démocratie et constitue une menace pour toutes les sociétés s'il n'est pas combattu, a averti le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, Ahmed Shaheed.