Violence contre les enfants : l'OMS appelle à s'attaquer à la maltraitance cachée

14 janvier 2020

Chaque année, au moins 55 millions d'enfants subissent une forme ou une autre de violence en Europe, notamment des violences physiques, sexuelles, émotionnelles et psychologiques, a indiqué mardi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à l’occasion de l’ouverture d’un atelier portant sur la maltraitance des enfants.

« En outre, 700 enfants sont assassinés chaque année » en Europe, a signalé le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, dans un communiqué, soulignant néanmoins que « malgré l'ampleur de ce chiffre, il est bien établi que les incidents de violence interpersonnelle sont largement sous-déclarés ».

L’atelier de deux jours organisé par l'OMS/Europe, avec le soutien de la Coopération nordique et du Partenariat mondial pour mettre fin à la violence à l'égard des enfants, à Tallinn, en Estonie, rassemble des experts techniques et des décideurs dans les domaines de la santé, des affaires sociales, de l'éducation et de la justice ainsi que des parlementaires.

Il cherche à examiner les progrès réalisés et devrait permettre aux participants de partager des orientations et des bonnes pratiques liées à la mise en œuvre de l'ensemble technique INSPIRE de l'OMS, qui définit sept stratégies pour mettre fin à la violence contre les enfants.

Coûts émotionnels et financiers

Tout en tenant compte du nombre sous-déclaré d’abus, l’OMS estime que sur les 204 millions d'enfants de moins de 18 ans en Europe, 9,6% subissent des abus sexuels, 22,9% des abus physiques et 29,1% des abus psychologiques.

Sur les 204 millions d'enfants de moins de 18 ans en Europe , 9,6% subissent des abus sexuels, 22,9% des abus physiques et 29,1% des abus psychologiques

Le coût de la violence à l'égard des enfants s'élève. On estime que 581 milliards de dollars sont dépensés chaque année pour traiter les personnes victimes de la violence.

« Mais le coût financier est dérisoire par rapport aux conséquences sur la santé des individus », a souligné l’OMS.

Selon l’agence onusienne, les études démontrent clairement que les enfants victimes de violence sont plus exposés aux risques de maladie mentale, de consommation de drogues, d'alcool et d'obésité, mais aussi de maladies chroniques plus tard dans la vie.

« La violence contre les enfants est effrayante et affligeante », a déclaré le Dr Bente Mikkelson, Directeur de la Division des maladies non transmissibles et de la promotion de la santé tout au long de la vie de l'OMS/Europe. « Les traumatismes des enfants ont un coût terrible, non seulement pour les enfants et les adultes qu'ils deviennent, dont ils brisent la vie, mais aussi pour le bien-être et l'économie de chaque pays. Avec une volonté politique, nous pouvons tous nous attaquer à ce problème. Chaque secteur et chaque partie de la communauté peut faire une différence en rendant la société plus sûre pour les enfants. Mais nous devons accélérer ».

Stratégies pour combattre la violence à l'égard des enfants

Dans l'ensemble, la volonté politique de lutter contre la violence à l'égard des enfants est en hausse : 66% des pays de la région européenne de l'OMS ont interdit les châtiments corporels dans tous les contextes. Cependant, l'adoption de lois n'est qu'une partie de la solution. Ces dernières années, 83% des pays de la région ont élaboré un plan d'action national pour mettre fin à la maltraitance des enfants, mais moins de la moitié de ces plans sont financés.

L'ensemble INSPIRE de l'OMS/Europe est une ressource fondée sur des données probantes qui soutient les pays qui se sont engagés à prévenir et à combattre la violence à l'égard des enfants et des adolescents en identifiant les stratégies qui ont réussi à réduire les niveaux de violence.

Les 7 stratégies promues par INSPIRE comprennent :

  • la mise en œuvre et application des lois ;
  • les normes et valeurs ;
  • les environnements sûrs ;
  • un soutien aux parents et aux dispensateurs de soins ;
  • le renforcement des revenus et de l'économie ;
  • les services d'intervention et de soutien ;
  • l’éducation et les compétences pratiques.

Le Partenariat mondial pour mettre fin à la violence contre les enfants désigne comme pays pionniers ceux qui ont pris un engagement public officiel en faveur d'une action globale visant à mettre fin à toutes les formes de violence contre les enfants.

Mettre fin à « la maltraitance, l'exploitation, la traite et toutes les formes de violence et de torture à l'encontre des enfants » fait également partie des Objectifs de développement durable des Nations Unies.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Plus de 392.000 bébés vont naître le jour du Nouvel An à travers le monde

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a indiqué mardi que 392.078 bébés naîtront dans le monde le 1er janvier 2020.