2019 conclut une décennie meurtrière pour les enfants dans les conflits (UNICEF)

30 décembre 2019

Les enfants continuent de payer un lourd tribut en raison des conflits qui font rage dans le monde entier, a déclaré lundi l'UNICEF, qui note que plus de 170.000 violations graves ont été vérifiées depuis 2010, soit plus de 45 violations par jour contre les enfants dans les conflits.

« Les attaques contre les enfants se poursuivent sans relâche alors que les parties belligérantes bafouent l'une des règles de guerre les plus fondamentales : la protection des enfants. Pour chaque acte de violence contre les enfants qui fait la une des journaux et suscite des cris d'indignation, il y en a beaucoup d'autres qui ne sont pas signalés », a déclaré la Directrice exécutive de l'UNICEF, Henrietta Fore, dans un communiqué.

Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, le nombre de pays en conflit est le plus élevé jamais observé depuis l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant en 1989, avec des dizaines de conflits armés violents qui ont tué et mutilé des enfants et les ont forcés à quitter leur foyer.
 

© UNICEF/Donaig Le Du
Un père se repose avec son fils, qui souffre de malnutrition en raison du conflit, à l'hôpital pédiatrique de Bangui, dans la capitale de la République centrafricaine.

 

« Les conflits dans le monde durent plus longtemps, causant plus d'effusions de sang et faisant plus de jeunes victimes », a souligné Henrietta Fore.

 L'ONU a vérifié plus de 24.000 violations graves contre des enfants en 2018

En 2018, l'ONU a vérifié plus de 24.000 violations graves contre des enfants, notamment des meurtres, des mutilations, des violences sexuelles, des enlèvements, le refus d'accès à l'aide humanitaire, le recrutement d'enfants et des attaques contre des écoles et des hôpitaux.

Bien que les efforts de surveillance et de communication de l'information aient été renforcés, ce nombre est plus de deux fois et demi plus élevé que celui enregistré en 2010.

Plus de 12.000 enfants ont été tués ou mutilés en 2018. L'utilisation continue et généralisée des frappes aériennes et des armes explosives telles que les mines terrestres, les mortiers, les engins explosifs improvisés, les attaques à la roquette, les armes à sous-munitions et les tirs d'artillerie font la grande majorité des victimes parmi les enfants dans les conflits armés.

Les attaques et la violence contre les enfants n'ont pas cessé tout au long de 2019. Au cours du premier semestre de l'année, l'ONU a vérifié plus de 10.000 de ces violations contre des enfants - bien que les chiffres réels soient probablement beaucoup plus élevés. 

©UNICEF/Vincent Tremeau
Une fille de 17 ans est prise en charge dans un centre de réinsertion soutenu par l'UNICEF pour les enfants associés aux groupes armés, dans l'est de la République démocratique du Congo.

L’UNICEF cite plusieurs exemples meurtriers, dont les attaques violentes contre les centres de traitement d'Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo, ou l’attaque du village d'Ogossagou, dans la région de Mopti, au centre du Mali, lors de laquelle 150 personnes ont perdu la vie, dont 85 enfants.

L'UNICEF demande à toutes les parties belligérantes de respecter leurs obligations en vertu du droit international et de mettre immédiatement fin aux violations contre les enfants et au ciblage des infrastructures civiles, notamment les écoles, les hôpitaux et les infrastructures d'approvisionnement en eau. L'UNICEF demande également aux États ayant une influence sur les parties au conflit d'utiliser cette influence pour protéger les enfants. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Il est temps d’écouter les enfants : l'ONU célèbre les 30 ans de la Convention relative aux droits de l’enfant

A l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, les Nations Unies ont célébré ce mercredi les 30 ans de la Convention relative aux droits de l’enfant. Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a souligné qu'il s'agit du premier texte à caractère obligatoire dans lequel tous les États se sont engagés en faveur des droits naturels de chaque fille et de chaque garçon.