Affaire Khashoggi : l’ONU continue de souligner la nécessité de mener une enquête indépendante et impartiale

23 décembre 2019

Les Nations Unies ont pris note des informations selon lesquelles huit personnes ont été reconnues coupables et condamnées lundi par un tribunal de Riyad pour le meurtre de Jamal Khashoggi, a déclaré le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, lors d’un point de presse.

« Le Secrétaire général des Nations Unies continue de souligner la nécessité de mener d'une enquête indépendante et impartiale sur ce meurtre afin de garantir un examen complet des violations des droits de l'homme commises dans cette affaire et de faire en sorte que les responsables aient à répondre de leurs actes », a déclaré Stéphane Dujarric, en réponse à une question portant sur le verdict prononcé par le Procureur de Riyad dans l’affaire de l’assassinat du journaliste saoudien.

Selon les informations rapportées par la presse, sur les onze personnes qui ont été inculpées dans cette affaire, cinq ont été condamnées à mort, trois à des peines de prison totalisant 24 ans d’incarcération, et trois autres ont été acquittées.

Les Nations Unies sont, « par principe », opposées à la peine de mort, a rappelé M. Dujarric. « Le Secrétaire général réitère également l'engagement des Nations Unies à garantir la liberté d'expression et la protection des journalistes », a ajouté le porte-parole du Secrétaire général.

 

Agnès Callamard : « A aucun moment le procès n'a pris en compte les responsabilités de l'Etat » 

De son côté, la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires, Agnès Callamard, a réagi lundi à la décision du tribunal de Riyad dans une série de tweets.

« Selon le droit international relatif aux droits de l’homme, le meurtre de M. Khashoggi était une exécution extrajudiciaire dont l’Arabie saoudite est responsable », a déclaré la Rapporteure spéciale sur son compte Twitter. « Mais à aucun moment le procès n'a pris en compte les responsabilités de l'Etat », a-t-elle ajouté.

Selon Mme Callamard, la condamnation prononcée ce lundi « est tout sauf la justice pour Jamal Khashoggi », rappelant que les auditions se sont déroulées à huis clos.

Pour la Rapporteure spéciale, l'exécution de Jamal Khashoggi requiert « une enquête sur la chaîne de commandement pour identifier les commanditaires, ainsi que ceux qui ont incité, permis ou fermé les yeux sur le meurtre, tels que le Prince Héritier ». « Cette enquête n'a pas eu lieu », a ajouté Mme Callamard.

 

NOTE :

Les Experts indépendants font partie de la division des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, l’organe le plus important d’experts indépendants du Système des droits de l’homme de l’ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d’enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s’adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde.

Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole ; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ils ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le meurtre du journaliste saoudien Khashoggi constitue « un crime international » (experte)

Les éléments de preuve rassemblés au cours de l’enquête sur l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi donnent à penser que cet assassinat constitue « une exécution extrajudiciaire » et peut-être un acte de torture pour lequel la responsabilité de l’Arabie saoudite est engagée, a souligné la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires.