A Genève, une conférence mondiale sur les réfugiés, après une décennie marquée par les déplacements

16 décembre 2019

Une réunion mondiale de trois jours a débuté ce lundi au Palais des Nations à Genève avec l’objectif de faire évoluer la réponse mondiale aux crises de réfugiés. Ce premier Forum mondial sur les réfugiés intervient un an après le lancement d’un Pacte mondial à New York et sera répété en 2023.

« Il offre une opportunité sans précédent d’améliorer le quotidien et d’honorer les besoins urgents » de ces personnes vulnérables, a déclaré le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi.

Une opportunité sans précédent d’améliorer le quotidien et d’honorer les besoins urgents - Filippo Grandi, Haut-Commissaire de l'ONU au réfugiés

Ce forum mondial réunit des réfugiés, des chefs d’État et de gouvernement, des responsables d’agences des Nations Unies, des institutions internationales, des organisations de développement, des dirigeants d’entreprises, des représentants de la société civile et d’autres intervenants au siège du Bureau des Nations Unies à Genève.

Cette conférence de Genève, à laquelle participent le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés et le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a pour objectif de discuter des actions à entreprendre pour mettre en œuvre le Pacte mondial sur les réfugiés adopté à New York en décembre 2018 par 181 Etats.

« Nous sortons d’une décennie marquée par les déplacements durant laquelle le nombre de réfugiés a explosé », a ajouté Filippo Grandi.

Record de 70 millions de personnes déracinées en 2018

Le niveau de déplacement forcé dans le monde a atteint des records. À travers le monde, plus de 70 millions de personnes sont déracinées par la guerre, le conflit ou la persécution. Plus de 25 millions d’entre elles sont des réfugiés. Comme le demande le Pacte, les réfugiés seront associés aux décisions qui les concernent. Près d’une soixantaine d’entre eux sont attendus pour ces discussions.

Mais pour l’agence onusienne basée à Genève, l’objectif est de « s’engager concrètement pour aider les réfugiés ainsi que les pays et communautés qui les accueillent ». « Ce Forum est l’occasion de témoigner de notre engagement collectif envers le Pacte mondial sur les réfugiés et de nous mobiliser autour des Objectifs de développement durable afin que nul ne soit laissé pour compte », insiste le chef du HCR.

L’objectif est de rassembler des promesses des Etats, du secteur privé, des agences de développement, des institutions financières, de la société civile ou des organisations confessionnelles afin que « chacun assume ses responsabilités et joue son rôle ».

Les contributions annoncées au Forum devraient, entre autres solutions, couvrir l’assistance financière, technique et matérielle ; la modification des lois et des politiques pour mieux favoriser l’inclusion des réfugiés dans la société ; l’ouverture de places de réinstallation et le rapatriement des réfugiés en toute sécurité.

Davantage d’aide réclamée

« Nous avons besoin d’une augmentation de ce type d’aide », a déclaré Joëlle Hangi, de la République démocratique du Congo (RDC), l’une des réfugiées co-organisatrices du Forum.

« Il y a déjà de nombreux exemples de coopération mais, vu l’augmentation du nombre de réfugiés, il faut que davantage de gens nous viennent en aide, davantage de gouvernements, d’entreprises et de communautés afin de répartir la responsabilité de l’assistance aux réfugiés. C’est ainsi que nous regagnerons notre liberté et notre indépendance et que nous pourrons contribuer en retour à ceux qui nous sont venus en aide », a-t-elle ajouté.

Vu l’augmentation du nombre de réfugiés, il faut que davantage de gens nous viennent en aide - Joëlle Hangi, réfugiée de RDC, co-organisatrice du Forum

Organisé conjointement par le HCR et la Suisse et coorganisé par la Turquie, l’Allemagne, le Costa Rica, l’Ethiopie, le Pakistan et la Suisse, le forum axera ses travaux sur les causes profondes des déplacements de personnes et sur le soutien à apporter aux pays de premier accueil.

Les trois jours de débats, les séances thématiques et les dialogues de haut niveau qui se tiendront à Genève se concentreront sur les domaines suivants : dispositifs pour le partage des charges et des responsabilités ; éducation ; emplois et moyens d’existence ; énergie et infrastructures ; solutions et capacité de protection. Il y aura de nombreuses occasions où partager les initiatives et les bonnes pratiques montrant comment le Pacte mondial sur les réfugiés peut améliorer concrètement la vie des personnes déracinées.

Le Forum examinera également sur la complémentarité des différentes réponses d’aide humanitaire et de développement. Par ailleurs, plus de 100 entreprises et fondations participeront au Forum, témoignant du rôle de plus en plus important du secteur privé ; elles devraient présenter des engagements en matière d’emploi, de financement et d’autres formes d’assistance. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Sahel, un nouveau financement pour appuyer l’éducation des enfants piégés dans des crises

Le Fonds Éducation sans délai (« Education Cannot Wait ou ECW) a annoncé vendredi une nouvelle tranche de financement de 3,7 millions de dollars pour soutenir des programmes d’éducation en situation d'urgence au Mali et au Niger.