Le HCR plaide pour une intensification de l’aide aux déplacés et réfugiés afghans

13 décembre 2019

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé vendredi un appel en faveur d’un soutien accru aux Afghans déplacés et à leurs communautés d’accueil, avant le tout premier Forum mondial sur les réfugiés qui se tiendra à Genève la semaine prochaine.

« Alors que le monde se réunit pour le Forum mondial sur les réfugiés la semaine prochaine, il est impératif que les personnes touchées par des décennies de déplacement afghan demeurent une priorité commune », a déclaré lors d’un point de presse, Babar Baloch, le porte-parole du HCR.

Il est impératif que les personnes touchées par des décennies de déplacement afghan demeurent une priorité commune », a déclaré lors d’un point de presse, Babar Baloch, porte-parole du HCR

L’Afghanistan entre bientôt dans sa cinquième décennie de déplacement. Quelque 4,6 millions d’Afghans sont toujours déracinés dans le monde, dont environ 2,7 millions enregistrés comme réfugiés tandis que deux autres millions sont déplacés à l’intérieur du pays. Les Afghans représentent la population la plus longtemps déplacée et dépossédée sous le mandat du HCR dans le monde.

Une large majorité des quelques 90 % des réfugiés afghans se trouvent toujours au Pakistan et en Iran.  Les difficultés socio-économiques demeurent un obstacle sérieux aux efforts humanitaires dans ces deux pays mais aussi en Afghanistan même. En Iran par exemple, le ralentissement économique a entraîné une flambée des coûts des soins de santé qui a eu des répercussions tant sur les Iraniens que sur les Afghans.

L’écrasante majorité des réfugiés et déplacés afghans sont des jeunes

« Ces derniers mois, les réfugiés ont dû faire face à une augmentation correspondante à 65 % des primes d’assurance maladie publique », a indiqué M. Baloch. Malgré d’énormes difficultés économiques, le gouvernement iranien reste déterminé à maintenir l’aide et la protection des réfugiés afghans. « Mais cela ne peut être géré seul et exigera des efforts accrus de la part de la communauté internationale lors du prochain Forum mondial sur les réfugiés et au-delà », a insisté le porte-parole du HCR.

Malgré ces difficultés, les réfugiés afghans ont accès à l’éducation et aux systèmes de santé nationaux en Iran et au Pakistan. Les résultats de cette approche inclusive ont été remarquables et de premier plan à l’échelle mondiale. En Iran, l’alphabétisation des enfants afghans a plus que décuplé depuis 1979. Selon les chiffres officiels, quelque 480.000 réfugiés afghans et enfants sans papiers sont actuellement inscrits à l’école pour 2019-2020, ce qui représente une augmentation continue par rapport aux années précédentes.

Au Pakistan, le gouvernement et le HCR collaborent pour renforcer le soutien aux communautés d’accueil et alléger le fardeau qui pèse sur les infrastructures et les ressources. Depuis 2009, ces programmes ont bénéficié à plus de 12,4 millions de Pakistanais et de réfugiés afghans.

En Afghanistan, l’accent est mis dans l’aide au rapatriement avec des projets de retour et de réintégration. Cette année seulement, environ 350.000 Afghans ont reçu de l’aide dans le cadre d’initiatives de développement durable qui favorisent l’accès à des infrastructures essentielles, notamment l’énergie, l’éducation et le logement abordable.

A noter que l’écrasante majorité des Afghans, tant à l’intérieur du pays qu’en exil, sont des jeunes. Au Pakistan et en Iran, environ les trois quarts ont moins de 25 ans. Ces jeunes réfugiés représentent l’avenir de l’Afghanistan et jouent un rôle essentiel dans le façonnement de leurs communautés, mais ils auront besoin d’un soutien accru pour ce faire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU demande 29 milliards de dollars pour répondre aux besoins humanitaires en 2020

Les Nations Unies ont lancé mercredi un appel humanitaire de près de 29 milliards de dollars pour venir en aide à 168 millions de personnes touchées par le changement climatique et une multitude de conflits de longue durée à travers le monde.