L’ONU demande 29 milliards de dollars pour répondre aux besoins humanitaires en 2020

4 décembre 2019

Les Nations Unies ont lancé mercredi un appel humanitaire de près de 29 milliards de dollars pour venir en aide à 168 millions de personnes touchées par le changement climatique et une multitude de conflits de longue durée à travers le monde.

« En 2020, près de 168 millions de personnes dans le monde auront besoin d’une assistance et d’une protection humanitaires », a dit aux médias mardi à Genève, le chef des affaires humanitaires de l’ONU, Mark Lowcock.

Dans ce rapport intitulé « Global Humanitarian Overview », l’ONU insiste sur l’augmentation des besoins en partie en raison « de conflits plus longs et plus intenses ». Outre ces conflits plus longs, les situations extrêmes liées au changement climatique ou encore les économies en recul dans un certain nombre de pays expliquent cette augmentation.

« Plus de personnes ont été touchées par les conflits et plus de personnes ont été affectées par les événements liés aux changements climatiques que ce que nous avions prévu », a reconnu Mark Lowcok, tout en ajoutant que « la vérité brutale est que 2020 sera difficile pour des millions de personnes ».

L’ONU apporte une aide vitale à des millions de personnes

Cette année, 20 millions d’individus supplémentaires ont été affectés par rapport aux estimations qui avaient été lancées fin 2018. Cela veut dire qu’actuellement 168 millions de personnes dans le monde ont besoin d’une assistance humanitaire, un record depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

« Cela représente environ une personne sur 45 sur la planète. C’est le chiffre le plus élevé depuis des décennies », a ajouté M. Lowcock.

 Le conflit au Yémen reste  la pire crise humanitaire avec près de 25 millions de personnes dans le besoin - Mark Lowcock, chef des affaires humanitaires de l’ONU

« Chaque jour, les Nations unies et leurs partenaires apportent une aide vitale à des millions de personnes dans le monde »,  a dit dans un communiqué le Secrétaire général de l’ONU. António Guterres encourage donc les pays donateurs à aider les organismes humanitaires à relever les défis humanitaires qui nous attendent en 2020.

Parmi les principales situations sur lesquelles l’ONU et ses partenaires seront actifs, le conflit au Yémen reste « la pire crise humanitaire » avec près de 25 millions de personnes dans le besoin. Mais celui en Syrie est de son côté celui qui demande le plus de financement, avec 3,3 milliards de dollars pour 11 millions de personnes à aider.

En outre, la situation au Venezuela est celle où l’appel a augmenté le plus en raison des besoins. Il s’agit notamment de 750 millions de dollars pour 3,4 millions de personnes dans le besoin, en plus de 1,35 milliard pour la réponse régionale destinée aux 3,8 millions de réfugiés et migrants ciblés par l’ONU en 2020 dans les pays voisins de Caracas.

Photo OCHA/Giles Clarke
Distribution d'aide alimentaire du PAM à Dhubab, au Yémen, en novembre 2018 (photo d'archives).

Des conflits prolongés en RDC ou en RCA et inquiétude au Sahel

En revanche, moins de fonds seront requis pour La Libye (110 millions), l’Iraq (520 millions de dollars pour 4,1 millions de personnes), le Soudan du Sud (1,5 milliard pour 7,5 millions de personnes). Un financement est également nécessaire pour une multitude de conflits prolongés, notamment en Afghanistan (732 millions de dollars pour 9,4 millions de personnes).

C’est le cas aussi du Burundi (104 millions de dollars pour 1,7 million de personnes), de la République centrafricaine (388 millions pour 2,6 millions) ou de la République démocratique du Congo (RDC), avec 1,8 milliard de dollars pour près de 16 millions de personnes dans le besoin. Des besoins qui ne tiennent pas compte des besoins des réfugiés congolais installés dans les pays voisins de Kinshasa (604 millions de dollars).

« En Afrique, au cours des trois premiers mois de cette année, le nombre de cas de rougeole a augmenté de 700% par rapport à la même période l’an dernier », a déclaré M. Lowcock. Une façon de rappeler que plus de 5.000 décès sont dus à la rougeole en RDC depuis janvier.

Dans le Bassin du Lac Tchad, la crise humanitaire ne montre aucun signe de ralentissement au moment d’entrer dans sa septième année. Au Nigéria par exemple, les organismes humanitaires qui doivent aider près de 8 millions de personnes auront besoin de 789 millions de dollars.

Au Sahel, l’ONU rappelle que les déplacements ont dramatiquement augmenté et la faim a atteint des seuils critiques. Les besoins du Mali sont estimés à 365 millions pour 3,6 millions de personnes dans le besoin alors qu’au Burkina Faso, les besoins ont augmenté de plus de la moitié par rapport à l’an dernier. Pour le Burkina Faso, les organismes humanitaires demandent 295 millions de dollars pour 2,2 millions de personnes dans le besoin.

L’UNICEF demande plus de 4 milliards de dollars pour aider près de 60 millions d’enfants

Toujours sur le continent africain, l’ONU note que la crise économique au Soudan a considérablement « aggravé l’insécurité alimentaire en affaiblissant des services essentiels comme la santé, l’eau et l’éducation ». Les nouvelles autorités civiles de Khartoum ont « besoin d’un soutien international accru », notamment 1,4 milliard de dollars pour venir en aide à 7,5 millions de personnes.

L’appel lancé pour 2020 est légèrement inférieur au montant de près de 30 milliards requis actuellement selon les estimations de l’ONU et d’une centaine de partenaires. Ces acteurs arrivent à mieux cibler les personnes les plus vulnérables et à mieux anticiper la réponse.

Le nombre d’enfants déracinés, forcés de quitter leur foyer et ayant un besoin urgent de protection et de soutien atteint un triste record historique  - Henrietta Fore, Directrice exécutive de l’UNICEF

Parmi les agences onusiennes, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a dévoilé un appel record de plus de 4 milliards de dollars pour aider 59 millions d’enfants dans 64 pays.

« Le nombre d’enfants déracinés, forcés de quitter leur foyer et ayant un besoin urgent de protection et de soutien atteint un triste record historique », a fait valoir dans un communiqué la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore.

La cheffe de l’agence onusienne a rappelé que les conflits demeurent la principale cause, tandis que la faim, les maladies infectieuses et les phénomènes météo extrêmes liés aux changements climatiques obligent des millions d’autres personnes à chercher de l’aide pour sauver leur vie.

L’UNICEF entend, en 2020, traiter plus de 5 millions d’enfants contre la malnutrition aiguë sévère ou permettre à plus de dix millions de gamins d'avoir une éducation formelle dans le monde.

En 2019, les donateurs ont versé un record de 16 milliards de dollars de janvier à novembre, soit environ deux tiers de l’enveloppe qui avait été demandée il y a un an. Selon les données sur 22 pays, environ 61,3 millions de personnes ont été assistées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : 11 millions de personnes, plus de la moitié de la population, ont besoin d’aide humanitaire (ONU)

La population syrienne continue de subir les conséquences de huit ans et demi de guerre, a rappelé jeudi le chef de l’humanitaire de l’ONU aux membres du Conseil de sécurité.