Manifestations en Iraq : l’ONU appelle les autorités à respecter le droit à la liberté d'expression et de réunion

29 novembre 2019

Les Nations Unies ont de nouveau exprimé leur profonde préoccupation face à la répression des manifestations en Iraq qui continuent de faire des morts et des blessés parmi les manifestants.

Dans un communiqué publié jeudi soir par son porte-parole, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit profondément préoccupé par l'utilisation persistante de balles réelles contre des manifestants en Iraq. Un recours excessif à la force qui a entraîné un nombre croissant de morts et de blessés, notamment à Nassiriya, une ville située à 360 kilomètres au sud de la capitale Bagdad.

António Guterres a exhorté tous les acteurs en Iraq à s'abstenir de toute violence et à engager un dialogue pacifique et constructif dans l'intérêt du pays et du peuple iraquien.

« Le Secrétaire général appelle à nouveau les autorités iraquiennes à faire preuve de la plus grande retenue, à protéger la vie des manifestants, à respecter le droit à la liberté d'expression et de réunion et à enquêter rapidement sur tous les actes de violence », a précisé son porte-parole.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a également partagé l’inquiétude du Secrétaire général de l’ONU.

« Nous sommes profondément troublés par la persistance de morts et de blessés parmi les manifestants en Iraq, y compris les dernières victimes au cours des violences extrêmement violentes de ces deux derniers jours à Nassariya », a déclaré vendredi Marta Hurtado, la porte-parole de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet.

24 personnes tuées et plus de 210 blessés à Nassariya

Selon les vérifications effectuées par les fonctionnaires des droits de l'homme de la Mission des Nations Unies en Iraq (MANUI), au moins 24 personnes ont été tuées et plus de 210 autres blessées lors des violences à Nassariya.

« Un certain nombre de personnes ont également été tuées et blessées à Najaf, mais nous n’avons pas encore été en mesure de déterminer l’ampleur des victimes », a précisé Mme Hurtado.

Depuis le début des manifestations, le nombre total des victimes vérifiées par l'ONU depuis début octobre s'élève maintenant à 354 morts et 8.104 blessés. Le total réel est susceptible d'être plus élevé, a toutefois prévenu la porte-parole du HCDH.

« Une fois encore, nous exhortons les autorités iraquiennes à prendre des mesures plus fermes et plus efficaces pour garantir que les forces de sécurité ne fassent pas pas à un usage excessif de la force, et notamment un recours à des balles réelles, comme elles le font à plusieurs reprises depuis le début des manifestations », a déclaré Mme Hurtado.

Tout comme le chef de l'ONU, le HCDH a souligné que des enquêtes et des poursuites doivent également être engagées à l'encontre des responsables d'homicides illégaux.

Par la voix de son porte-parole, le Secrétaire général de l’ONU a également rappelé aux autorités iraquiennes leur obligation de protéger le personnel les installations diplomatiques et consulaires, ainsi que les biens publics et privés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : l’ONU appelle à un dialogue constructif entre les manifestants et le gouvernement

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit gravement préoccupé par le nombre croissant de morts et de blessés au cours des manifestations en Iraq et par les informations faisant état de l'utilisation de balles réelles contre des manifestants.