Bolivie : le chef de l’ONU appelle à éviter l'intolérance et à renforcer la coopération des forces politiques

Des manifestants à La Paz, en Bolivie, fin octobre 2019.
Photo ONU Bolivie/Hasan Lopez
Des manifestants à La Paz, en Bolivie, fin octobre 2019.

Bolivie : le chef de l’ONU appelle à éviter l'intolérance et à renforcer la coopération des forces politiques

Paix et sécurité

Le Secrétaire général des Nations Unies s'est félicité des progrès accomplis en faveur d'un règlement pacifique et démocratique de la crise en Bolivie et a exhorté tous les Boliviens à maintenir un dialogue pacifique et constructif.

L'approbation unanime de la législation visant à établir un nouveau Tribunal électoral suprême pour convoquer des élections générales dès que possible en Bolivie montre la volonté politique de mettre fin à la crise qui frappe le pays, a déclaré le chef de l'ONU.

António Guterres appelle à mettre fin à la rhétorique de l'intolérance 

Dans une déclaration de son porte-parole, publiée lundi soir, António Guterres s'est félicité des progrès annoncés ce week-end sur la voie d'une solution pacifique et démocratique en Bolivie et a réaffirmé que l'ONU était prête à appuyer le processus comme il convient.

António Guterres a toutefois estimé que pour consolider les acquis et prévenir de nouvelles violences, d'autres mesures doivent être prises, telles que « mettre fin à la rhétorique de l'intolérance, renforcer la coopération entre toutes les forces politiques et rétablir la confiance entre toutes les personnes touchées par les événements violents du mois dernier ».

Enfin, le chef de l'ONU a exhorté les Boliviens à poursuivre un dialogue pacifique et constructif et a déclaré que son Envoyé personnel, Jean Arnault, continuerait de travailler avec les facilitateurs pour soutenir les efforts dans ce sens.

Pour rappel, suite à la tenue de l'élection présidentielle le 20 octobre dernier la Bolivie a connu des manifestations qui ont tourné à la violence. Le Président Evo Morales a démissionné le 10 novembre et se trouve depuis au Mexique. La seconde vice-présidente du Sénat et membre de l'opposition, Jeanine Áñez, s'est autoproclamée Présidente le 13 novembre.

M. Arnault s’est rendu en Bolivie le 14 novembre, après que le Secrétaire général de l'ONU lui a demandé de s’engager en tant qu'Envoyé personnel auprès de tous les acteurs boliviens et d'offrir l'appui de l'ONU dans les efforts visant à trouver une solution pacifique à la crise, notamment par des élections transparentes, inclusives et crédibles.

Il y a une semaine, un dialogue national a été établi dans la capitale de La Paz sur appel de l'Eglise, de l'ONU et de l'Union européenne avec trois objectifs : pacifier le pays, définir les accords pour la convocation de nouvelles élections générales et parvenir à un consensus pour élire un nouveau Tribunal électoral suprême.