La vie de Julian Assange pourrait être en danger, selon un expert de l’ONU

1 novembre 2019

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, a exprimé vendredi son inquiétude face à la détérioration constante de la santé de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, depuis son arrestation et sa détention plus tôt cette année, affirmant que sa vie était en danger.

M. Assange a été envoyé dans une prison de haute sécurité du Royaume-Uni le 11 avril 2019, où il est toujours incarcéré pour une demande d'extradition présentée par les États-Unis pour espionnage.  Il est accusé d’avoir exposé des preuves de crimes de guerre et autres actes répréhensibles commis par les États-Unis en Iraq et en Afghanistan.

« Alors que le gouvernement américain poursuit M. Assange pour avoir publié des informations sur de graves violations des droits humains, notamment des actes de torture et des meurtres, les responsables de ces crimes continuent de bénéficier de l'impunité », a déclaré M. Melzer dans un communiqué de presse.

Torture psychologique

Le Rapporteur spécial et son équipe médicale ont rendu visite au fondateur de Wikileaks en mai. Ils ont déclaré qu'il présentait « tous les symptômes typiques d'une exposition prolongée à la torture psychologique » et ont exigé des mesures immédiates pour protéger sa santé et sa dignité.

« Cependant, ce que nous avons vu du gouvernement britannique est un mépris total pour les droits et l'intégrité de M. Assange », a déclaré M. Melzer. « Malgré l'urgence médicale de mon appel et la gravité des violations alléguées, le Royaume-Uni n'a pris aucune mesure d'enquête, de prévention ou de réparation requise par le droit international ».

En vertu de la Convention contre la torture, les États doivent mener rapidement une enquête impartiale chaque fois qu'il existe un motif raisonnable de croire qu'un acte de torture a été commis. « Dans une réponse sommaire envoyée près de cinq mois après ma visite, le gouvernement britannique a catégoriquement rejeté mes conclusions, sans indiquer sa volonté d'examiner mes recommandations, encore moins de les mettre en œuvre ou même de fournir les informations complémentaires demandées », a déclaré l'expert de l'ONU.

Julian Assange continue d'être détenu dans des conditions d'oppression, d'isolement et de surveillance, non justifiées par son statut de détenu - Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture

Comme le prévoyait M. Melzer, peu de temps après la visite du Rapporteur spécial, M. Assange a dû être transféré au service de santé de la prison. « Il continue d'être détenu dans des conditions d'oppression, d'isolement et de surveillance, non justifiées par son statut de détenu », a déclaré l’expert de l’ONU.

Selon lui, « malgré la complexité des procédures engagées contre lui par le gouvernement le plus puissant du monde, l'accès de M. Assange à un conseil et à des documents juridiques a été sérieusement entravé, sapant ainsi son droit le plus fondamental de préparer sa défense ».

« L’arbitraire flagrant et soutenu dont ont fait preuve tant le pouvoir judiciaire que le gouvernement dans cette affaire laisse présager un écart alarmant par rapport à l’engagement du Royaume-Uni en faveur des droits de l’homme et de l’Etat de droit. C’est un exemple inquiétant, qui est encore renforcé par le récent refus du gouvernement de mener l’enquête judiciaire tant attendue sur l’implication britannique dans le programme de torture et de restitution de la CIA », a-t-il ajouté.

Nils Melzer estime que « dans cette affaire, il n’a jamais été question de culpabilité ni d’innocence de M. Assange, mais bien de lui faire payer le prix pour avoir dénoncé une faute grave de la part du gouvernement, y compris de présumés crimes de guerre et de corruption. À moins que le Royaume-Uni ne change de cap et ne soulage sa situation inhumaine de toute urgence, M. Assange continuera à être exposé à l'arbitraire et à des abus qui risquent de lui coûter la vie ».

Dans son appel urgent au gouvernement du Royaume-Uni, le Rapporteur spécial a vivement recommandé de mettre fin à l'extradition de M. Assange aux États-Unis, de le libérer rapidement et de lui permettre de recouvrer la santé et de reconstruire sa vie personnelle et professionnelle.

 

NOTE

Les Rapporteurs spéciaux font partie de ce que l’on appelle les Procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, le plus grand groupe d'experts indépendants du système des droits de l'homme de l'ONU, représentent un ensemble de mécanismes d’enquête et de suivi indépendants établis par le Conseil des droits de l’homme et qui traitent soit de situations nationales spécifiques soit de questions thématiques au niveau mondial. Les experts des procédures spéciales travaillent sur la base du volontariat ; ils ne font pas partie du personnel de l'ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisme et siègent à titre personnel.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La ‘persécution collective’ de Julian Assange doit cesser maintenant, affirme un expert de l’ONU

Après avoir rendu visite à Julian Assange dans une prison londonienne, un expert indépendant des droits de l'homme de l'ONU a lancé vendredi un appel contre son extradition aux Etats-Unis, soulignant son inquiétude concernant le sort du co-fondateur de Wikileaks, accusant « un groupe d'Etats démocratiques » de se « liguer » contre le prisonnier pour « l'isoler, le diaboliser et le maltraiter ».