Plus de 7.000 Syriens réfugiés en Iraq en une semaine, les trois quarts sont des femmes et des enfants (HCR)

22 octobre 2019

Le flux de réfugiés syriens en Iraq continue, a indiqué mardi l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Depuis le 14 octobre, plus de 7.100 Syriens ont trouvé refuge en Iraq, fuyant les hostilités dans le nord-est de leur pays.

La plupart des réfugiés syriens sont originaires de villes et de villages du nord-est de la Syrie. « Trois réfugiés sur quatre sont des femmes et des enfants », a déclaré le porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d’un point de presse mardi à Genève.

A la frontière, le HCR et d’autres organisations appuient l’action menée par les autorités locales, en fournissant des secours d’urgence et des services humanitaires. Dès leurs arrivées sur le territoire iraquien, les réfugiés syriens sont enregistrés, reçoivent des repas chauds, avant d’être transportés vers un camp. Dans les centres de réception situés à la frontière, les équipes du HCR assurent également le suivi de la protection des réfugiés - notamment celles des enfants et des personnes ayant des besoins spécifiques.

La grande majorité de ces réfugiés syriens - un peu moins de 7.000 - sont hébergés dans un camp à Barda-rash, une ville iraquienne située à environ 140 kilomètres à l’est de la frontière avec la Syrie. Dans ce camp, le HCR a installé un système d’approvisionnement en eau, un réseau électrique et un système d’égouts. Des infrastructures qui, selon l’agence onusienne, doivent être élargies à mesure que le nombre de réfugiés arrivant dans le camp augmente.

© UNHCR/Hossein Fatemi
En Iraq, le HCR fournit aide et hébergement aux réfugiés fuyant le nord-est de la Syrie.

 

Des enfants non accompagnés font partie de ces réfugiés. Certains d’entre eux, en particulier les enfants, ont besoin de premiers soins et d’une prise en charge psychosociale, Nombre d’entre eux ont été témoins d’explosions et de bombardements alors qu’ils fuyaient les combats et vivent toujours dans la peur. « Les réfugiés dont des parents vivent dans la région sont autorisés à quitter le camp et à rejoindre leur famille », a précisé M. Mahecic.

Avant cette dernière vague d’arrivées, près de 228.000 Syriens avaient trouvé refuge en Iraq, fuyant plus de huit années de conflit et de destruction en Syrie.

Près de 180.000 déplacés dont environ 80.000 enfants (OCHA)

L'opération militaire lancée par la Turquie le 9 octobre dans le nord-est de la Syrie n’est pas sans conséquence humanitaire.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), plus de 176.000 personnes ont été déplacées par les hostilités - dont près de 80.000 enfants – en deux semaines.

Des infrastructures civiles vitales dans le nord-est de la Syrie ont été endommagées. Dans le gouvernorat d’Al-Hasakah, la station d’eau d’Alouk, qui était hors service depuis 10 jours a pu être réparé, grâce aux efforts de désescalade menés par les Nations Unies auprès du gouvernement turque.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : le PAM accroît son aide alimentaire à mesure que les besoins augmentent dans le nord-est

Les travailleurs humanitaires continuent de venir en aide aux personnes dans le besoin dans le nord-est de la Syrie,  le Programme alimentaire mondial (PAM) fournissant une assistance à près de 220.000 personnes dans cette région.