Chili : l’ONU appelle à un dialogue immédiat pour résoudre la crise

21 octobre 2019

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a appelé lundi tous les acteurs politiques et de la société civile au Chili à engager un dialogue immédiat après les violences et les troubles qui ont secoué le pays au cours des derniers jours.

Au moins huit personnes sont mortes, et selon certaines informations, ce chiffre pourrait aller jusqu'à treize. De plus, selon l'Institution nationale des droits de l'homme, 44 autres personnes ont été blessées, dont neuf grièvement, et 283 personnes ont été arrêtées dans le cadre des manifestations.

« Je suis profondément troublée et attristée de voir la violence, les destructions, les morts et les blessés survenus au Chili au cours des cinq derniers jours », a déclaré Mme Bachelet dans un communiqué de presse. « Il est essentiel que toutes les actions des autorités et des manifestants ayant entraîné des blessures, voire la mort, fassent l'objet d'enquêtes indépendantes, impartiales et transparentes ».

Mme Bachelet a été Présidente du Chili à deux reprises, de 2006 à 2010 et de 2014 à 2018.

ONU Info/Daniel Johnson
La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, devant la presse à Genève. (4 septembre 2019)

 

La Haut-Commissaire a averti que « l'utilisation d'une rhétorique incendiaire ne fera qu'aggraver la situation et risque de susciter une peur généralisée ».

« Les autorités doivent agir dans le strict respect des normes internationales en matière de droits de l'homme et toute application de l'état d'urgence doit être exceptionnelle et fondée sur le droit », a déclaré Mme Bachelet. « Il existe des allégations inquiétantes d'utilisation excessive de la force par les forces armées et de sécurité, et je suis également alarmée par les informations selon lesquelles des détenus se seraient vu refuser l'accès à un avocat, ce qui est leur droit, et que d'autres auraient été maltraités pendant leur détention ».

« En outre, des dizaines de membres des forces de sécurité auraient été blessés », a-t-elle déclaré.

« Dans l’intérêt de la nation, j’exhorte le gouvernement à travailler avec tous les secteurs de la société pour trouver des solutions qui puissent aider à calmer la situation et à répondre aux griefs de la population. J'exhorte également tous ceux qui envisagent de participer aux manifestations plus tard dans la journée et à l'avenir, à le faire pacifiquement », a-t-elle déclaré.

Mme Bachelet a également appelé les autorités à « veiller à ce que les droits des personnes à la liberté d'expression et de réunion pacifique soient respectés ». « Tous les acteurs concernés doivent engager un dialogue ouvert et sincère pour aider à résoudre cette situation, y compris un examen approfondi des problèmes socio-économiques à la base de la crise actuelle », a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.