Un milliard de personnes ont des problèmes oculaires évitables, beaucoup liés aux modes de vie (OMS)

8 octobre 2019

Plus de deux milliards de personnes souffrent de troubles de la vue, le manque d'exercice étant un facteur clé, selon un rapport publié mardi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'OMS, tout en se félicitant des récents succès obtenus dans l'élimination de maladies telles que le trachome dans huit pays, a mis en exergue les preuves indiquant que les problèmes oculaires sont de plus en plus liés aux choix de mode de vie, y compris le temps passé devant un écran.

Le Dr Alarcos Cieza, de l’OMS, a déclaré devant la presse à Genève, que les jeunes font partie des personnes à risque. « L’un des facteurs susceptibles d’influencer l’augmentation du nombre d’enfants atteints de myopie est que les enfants ne passent pas assez de temps à l’extérieur. C'est une tendance qui est déjà observée dans certains pays, comme en Chine ».

L’œil « ne se détend jamais » si vous restez à l'intérieur, a expliqué le Dr Stuart Keel de l’OMS. « Lorsque vous êtes à l'intérieur, la lentille à l'intérieur de vos yeux est dans un état de flexion totale, mais lorsque vous êtes à l'extérieur, elle est détendue ».

Lancé à la veille  de la Journée mondiale de la vue, célébrée le 10 octobre, ce rapport constate que le vieillissement des populations, l’évolution des modes de vie et les problèmes d’accès aux soins oculaires, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, comptent parmi les principaux facteurs responsables de l’augmentation du nombre des personnes atteintes de troubles visuels. 

Selon le Rapport mondial sur la vision de l’OMS, les femmes souffrent aussi de manière disproportionnée de problèmes oculaires, de même que les migrants, les peuples autochtones, les personnes handicapées et les communautés rurales.

« Les affections oculaires et les troubles de la vue sont répandus et, trop souvent, ils ne sont toujours pas traités », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS. « Il est inacceptable que 65 millions de personnes soient aveugles ou malvoyantes alors que leur vue aurait pu être corrigée du jour au lendemain par une opération de la cataracte, ou que plus de 800 millions de personnes ont du mal à mener leurs activités quotidiennes parce qu’elles n’ont pas accès à une paire de lunettes ».

WHO/Sebastian Liste
Les problèmes oculaires sont de plus en plus liés aux choix de mode de vie, y compris le temps passé devant un écran.

La prévention est essentielle 

Le rapport souligne que la prévention est particulièrement importante dans les régions à faible revenu, notamment l’Afrique subsaharienne occidentale et orientale et l’Asie du Sud, où le taux de cécité est huit fois plus élevé que dans tous les pays à revenu élevé.

Les maladies typiques pouvant être traitées si le diagnostic est précoce sont la maladie oculaire diabétique, la cataracte et le glaucome.

« La déficience visuelle ne doit pas être considérée comme faisant partie du processus de vieillissement », a insisté le Dr Cieza. « Si vous recevez les soins appropriés, par exemple, dans le cas du glaucome, vous pouvez prévenir la déficience visuelle associée au glaucome. Si vous subissez une chirurgie de la cataracte, vous pouvez éviter la déficience visuelle associée à la cataracte ».

Le rapport de l’OMS indique également que des soins oculaires de haute qualité devraient être accessibles à tous, quels que soient leur revenu et leur localisation.

L’inclusion des soins oculaires dans les plans nationaux de santé et les ensembles de soins essentiels constitue, pour chaque pays, une étape importante sur la voie de la couverture sanitaire universelle.

14,3 milliards de dollars sont nécessaires pour traiter le milliard de personnes atteintes de déficiences visuelles ou de cécité dues à la myopie, à la presbytie ou à la cataracte.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’OMS et la Fédération de football (FIFA) font équipe pour promouvoir des modes de vie sains

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Fédération internationale de football association (FIFA), qui chapeaute le football mondial, ont conclu vendredi un accord de collaboration pour une durée de quatre ans en vue de promouvoir des modes de vie sains sur toute la planète par le biais du football.