RCA : l’ONU déplore la mort de trois Casques bleus sénégalais dans un accident d'hélicoptère

27 septembre 2019

Un hélicoptère Mi-24 de la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), avec quatre membres de l'Aviation sénégalaise à son bord, s’est écrasé vendredi 27 septembre près de Bouar, dans l’ouest du pays, alors qu’ils tentaient un atterrissage d'urgence en raison du mauvais temps.

Trois des quatre Casques bleus ont été tués. Le quatrième a été grièvement blessé et été évacué à l'hôpital, pour des soins intensifs, a annoncé l’ONU dans un communiqué publié le même jour.

L'hélicoptère fournissait un appui aérien à une opération de sécurité de la MINUSCA en cours dans la préfecture de Nana-Mambéré.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et la Mission ont présenté leurs sincères condoléances aux familles des Casques bleus, ainsi qu'au gouvernement et au peuple du Sénégal. Ils ont souhaité un prompt rétablissement au blessé.

Le chef de l’ONU a réaffirmé l'engagement des Nations Unies à soutenir le peuple et le gouvernement centrafricain dans leurs efforts de consolidation de la paix.

Le Représentant spécial du Secrétaire général en République centrafricaine et chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, a salué l’engagement du Sénégal aux efforts de stabilisation de la RCA.

« Cet accident illustre une fois de plus les risques encourus par les Casques bleus dans leur engagement sur le terrain, souvent au péril de leur vie », a rappelé le chef de la MINUSCA.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU appelle à faire « beaucoup plus » en République centrafricaine pour garantir une paix durable

Lors d’une réunion de haut niveau sur la République centrafricaine (RCA) à New York en marge du débat général de l’Assemblée générale, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a estimé que les partenaires internationaux de ce pays devaient faire « beaucoup plus » pour garantir une stabilité et une paix durable.