Armes nucléaires : pour éliminer la menace, il faut éliminer les armes (ONU)

26 septembre 2019

Les progrès réalisés dans la réduction du danger posé par les arsenaux nucléaires ont non seulement été stoppés, mais « sont en train de s'inverser », et toute utilisation future d'une arme nucléaire provoquerait « une catastrophe humanitaire », a averti jeudi le Secrétaire général des Nations Unies lors d'une réunion de haut niveau de la 74e session de l'Assemblée générale des Nations Unies. 

« Une course qualitative aux armements nucléaires est en cours », a déclaré António Guterres lors de cette réunion marquant la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires. Selon lui, cela s’explique notamment par la montée des tensions, la méfiance entre les États dotés d'armes nucléaires et la rhétorique confuse sur l'utilité des armes nucléaires. 

Bien que les armes atomiques n'aient été utilisées que deux fois, par les États-Unis en 1945, il en reste aujourd'hui environ 14.500 dans le monde, et plus de 2.000 essais nucléaires ont été effectués à ce jour selon le Bureau du désarmement de l'ONU (UNODA).

La seule véritable façon d'éliminer la menace des armes nucléaires est d'éliminer les armes nucléaires elles-mêmes 

« L'élimination des armes nucléaires a été la priorité absolue des Nations Unies en matière de désarmement dès le premier jour », a déclaré le chef de l’ONU dans ses remarques liminaires. « Nous luttons pour un monde exempt d'armes nucléaires parce que nous savons que ces armes représentent une menace unique et potentiellement existentielle pour notre planète ». 

‘Plus jamais ça’

Née à une époque de tensions, l'ONU doit tout faire pour que la tragédie subie par les populations d'Hiroshima et de Nagasaki, au Japon, ne se reproduise plus jamais, a rappelé pour sa part le Président de l'Assemblée générale, Tijjani Muhammad-Bande, aux délégués présents. 

Se souvenir d'une telle dévastation « rend crucial » que tout ce qui peut être fait, soit fait, pour que ce moment de l'histoire « soit la dernière fois que de telles armes sont déployées », a dit le Président de l’Assemblée générale.

« ‘Plus jamais ça’ doit rester notre refrain principal », a déclaré M. Muhammad-Bande. 

L'année dernière, le Secrétaire général a lancé un nouveau programme de désarmement assorti d'un plan de mise en œuvre clair, qui complète le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), entré en vigueur en 1970 et auquel 191 États au total ont adhéré - plus que tout autre accord de limitation des armements.  

Le plan de désarmement de l'ONU soutient un certain nombre d'autres traités visant à éliminer la prolifération et les essais nucléaires, dont le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TIAN) et le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICEN).

Le Secrétaire général a exhorté tous les États parties à collaborer à l'examen à venir du TNP en 2020 afin de s'assurer que ses objectifs fondamentaux soient atteints.

« Ne pas le faire ne fera que miner davantage le régime », a averti M. Guterres. 

« Les armes nucléaires représentent un danger inacceptable pour l'humanité. N'oublions pas que la seule véritable façon d'éliminer la menace des armes nucléaires est d'éliminer les armes nucléaires elles-mêmes », a affirmé M. Guterres. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.