Election en Afghanistan : l’ONU appelle à tout faire pour que la population puisse voter

16 septembre 2019

A moins de deux semaines de l’élection présidentielle en Afghanistan, la Mission d'assistance des Nations Unies dans ce pays (MANUA) estime que tout doit être fait pour permettre à tous les citoyens afghans éligibles d’exercer leur « droit constitutionnel » de voter pour le candidat de leur choix.

La MANUA a appelé lundi la Commission électorale indépendante (CEI) et la Commission du contentieux électoral (CCE) en Afghanistan ainsi que la société civile, les candidats et tous les autres les parties prenantes œuvrant pour des élections transparentes et crédibles « à redoubler d'efforts » avant l'ouverture du scrutin présidentiel prévu le 28 septembre.

« La semaine dernière, lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur l'Afghanistan, les délégués ont insisté sur le fait que la communauté internationale soutenait pleinement l'élection présidentielle du 28 septembre », a rappelé dans un communiqué Tadamichi Yamamoto, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l'Afghanistan.

La mission onusienne reconnaît les efforts déployés, « dans des conditions difficiles », par les autorités électorales afghanes, les forces de sécurité et d’autres instances du pays, pour préparer l’élection présidentielle. L’ONU rappelle toutefois que la crédibilité de toute élection relève de la responsabilité collective de toutes les parties prenantes, et pas uniquement de celle de la CEI et de la CCE.

Les candidats, les organisations de la société civile, les médias, les oulémas et d'autres acteurs ont un rôle important à jouer, notamment en ce qui concerne la mobilisation de l'électorat dans l'exercice de son droit démocratique de voter le 28 septembre, souligne la MANUA, avertissant que « personne n'a le pouvoir de priver de leurs droits les Afghans qui sont inscrits pour voter ».

Des élections crédibles sont cruciales

« Des élections crédibles sont au cœur de toute démocratie et le droit de vote est à bien des égards un symbole clé des progrès démocratiques accomplis en Afghanistan au cours des 18 dernières années », a déclaré M. Yamamoto, qui dirige également la MANUA. « Voter n’est pas seulement une question de responsabilité civique, c’est un moyen de protéger les acquis de l’Afghanistan et d’appuyer les processus politiques pacifiques », a-t-il insisté.

La MANUA est résolue à faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider la CEI et la CCE à organiser des élections crédibles, transparentes et inclusives sous la direction des Afghans.

Les Nations Unies, qui notent le grand nombre d'observateurs nationaux de différentes entités qui devraient être présents dans les bureaux de vote le jour du scrutin, ont rappelé que la transparence est essentielle pour la crédibilité des élections. La MANUA a rappelé aux candidats qu’ils doivent accréditer leurs assesseurs avant la date limite du 21 septembre afin d’être en mesure de surveiller le vote et de jouer un rôle responsable dans la protection de l’intégrité du processus électoral.

Tous les candidats et électeurs en Afghanistan sont censés jouer leur rôle dans la sauvegarde de l'intégrité des élections et s'abstenir de toute irrégularité électorale, souligne la Mission onusienne. « Dans tous les cas où la commission d’irrégularités peut susciter des inquiétudes crédibles, il convient de contacter immédiatement le CCE afin qu’elle puisse mener des enquêtes rapides et appropriées », a-t-elle précisé.

La MANUA a salué le travail accompli par les forces de sécurité pour soutenir les élections, garantir la distribution de matériel électoral sensible et assurer la sécurité des lieux de vote le jour du scrutin et avant, afin que tous les Afghans, y compris les femmes, puissent participer.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afghanistan : les pourparlers directs entre les Talibans et le gouvernement doivent commencer au plus tôt (ONU)

L’envoyé de l’ONU en Afghanistan a déclaré mardi devant le Conseil de sécurité qu’il était impératif que des pourparlers directs entre le gouvernement et les Talibans commencent dès que possible pour mettre fin au conflit.