Lutte contre la désertification : les Etats visent la neutralité en matière de dégradation des terres d’ici 2030

13 septembre 2019

Pour préserver les terres productives, les pays participant à Conférence sur la lutte contre la désertification (COP14), qui s’est achevée vendredi à New Delhi, en Inde, ont convenu de faire de la neutralité en matière de dégradation des terres d'ici 2030 un objectif national.

« La communauté mondiale reconnaît depuis longtemps que la dégradation des terres et la désertification est un problème économique, social et environnemental majeur qui préoccupe de nombreux pays dans toutes les régions du monde », ont noté dans un communiqué de presse conjoint le Président de la COP14 Prakash Javadekar, qui est également le Ministre indien de l’environnement, et le Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), Ibrahim Thiaw.

La neutralité en matière de dégradation des terres combine une réduction du taux de dégradation des terres et une restauration des terres dégradées. Elle doit permettre d’accroître la sécurité alimentaire en préservant et restaurant les services rendus par les écosystèmes.

Près de 9.000 personnes ont participé à la conférence, dont des ministres, des hauts responsables des Nations Unies, des représentants du secteur privé et de la société civile.

« Les pays s'attaqueront à l'insécurité foncière, y compris l'inégalité des sexes, encourageront la restauration des terres afin de réduire les émissions de carbone liées à la terre et mobiliseront des sources de financement innovantes auprès de sources publiques et privées pour appuyer la mise en œuvre de ces décisions au niveau national », ont précisé MM. Javadekar et Thiaw.

Lire aussi | Restaurer les terres contribuerait à sauver la planète et à dynamiser l'économie (ONU)

Le cadre utilisé pour rendre compte des actions sera amélioré afin de pouvoir prendre en compte des questions clés telles que l'égalité des sexes, la réponse à la sécheresse et l'influence des modes de consommation et de production et des flux sur la dégradation des terres. Dans la Déclaration de Delhi, les ministres ont exprimé leur soutien à de nouvelles initiatives ou coalitions visant à améliorer la santé et le bien-être humain, la santé des écosystèmes et à promouvoir la paix et la sécurité.

Nous assisterons à des sécheresses plus fréquentes et plus graves, un phénomène qui sera exacerbé par le changement climatique - Ibrahim Thiaw, Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD)

« À mon sens, c’est la COP où nous avons placé les gens au cœur de nos activités », a déclaré Ibrahim Thiaw, citant notamment la décision par les Etats parties concernant les droits fonciers.

La COP14 a également adopté une décision visant à renforcer les efforts mondiaux visant à mieux atténuer et gérer les risques de sécheresse et à renforcer la résilience. « Nous avons pris conscience du fait que nous assisterons à des sécheresses plus fréquentes et plus graves, un phénomène qui sera exacerbé par le changement climatique », a souligné Ibrahim Thiaw.

Il a également attiré l'attention sur la contribution de la COP14 au Sommet de l'action pour le climat, prévu fin septembre à New York, soulignant que la restauration des terres à grande échelle est l'une des solutions les moins coûteuses pour faire face à la crise climatique et à celle de la perte de biodiversité.

Enfin, Ibrahim Thiaw a attiré l'attention sur le rôle que joue le secteur privé dans la restauration des terres, notamment en promouvant des chaînes de valeur durables, et sur les mesures incitatives, telles que la réglementation favorisant l'innovation pour la gestion durable des terres et les mesures récompensant la conservation, la restauration et l’utilisation durable des ressources.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Surexploitées, les terres doivent être mieux gérées pour ne pas amplifier le changement climatique (GIEC)

Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) a appelé jeudi à une gestion plus durable des terres dont la surexploitation menace la sécurité alimentaire, la biodiversité et le climat.