Les discours de haine menacent l’universalité des droits de l’homme, déclare le Sénégal à Genève

10 septembre 2019

Lors d’une allocution ce mardi à l’occasion de la 42ème session du Conseil des droits de l’homme, le Ministre sénégalais des Affaires étrangères, Amadou Ba a estimé que le monde faisait face à des vagues de violations sans précédent qui menacent directement l’universalité des droits de l’homme. 

Le Sénégal est ainsi préoccupé par le non-respect des règles minimum qui encadrent les situations de conflits, par les discours de haine, le racisme et la discrimination raciale, la xénophobie, le non-respect des droits de migrants et de réfugiés ainsi que les changements climatiques et leurs impacts sur les populations, particulièrement en Afrique.

« Toutes ces problématiques remettent en cause la dignité humaine, renforcent la polarisation dans nos sociétés et menacent de disloquer les consensus dynamiques historiquement et patiemment obtenus par la communauté internationale », a regretté M. Ba.

Le Ministre des affaires étrangères du Sénégal a également plaidé pour le multilatéralisme et l’universalité des droits de l’homme. « Les droits de l’homme ont besoin de cadre commun comme le Conseil des droits de l’homme où les Etats peuvent faire des compromis et trouver un dénominateur commun nécessaire au respect de la dignité humaine partout dans le monde », a ajouté M. Ba.

Pour le Sénégal, il est donc « impérieux de renforcer le Conseil des droits de l’homme et non de l’affaiblir ». « Il est impérieux de préserver le caractère indivisible, indissociable, interdépendant et universel des droits de l’homme », a conclu le chef de la diplomatie sénégalaise.

Le Conseil des droits de l’homme convié à Dakar le 21 octobre prochain 

Les autorités sénégalaises ont invité les Etats membres du Conseil des droits de l’homme à une rencontre à Dakar pour examiner des problématiques touchant aux droits humains et les changements climatiques. Amadou Ba a convié les membres de « cette auguste tribune » à une retraite prévue les 21 et 22 octobre 2019 dans la capitale sénégalaise.

Cette rencontre qui aura un format informel permettra au Conseil d’avoir des discussions interactives autour de quatre thématiques, notamment sur l’environnement, le changement climatique et les droits de l’homme. Il est également prévu des échanges sur « les migrations de masse » ; les droits humains face aux inégalités croissantes et la responsabilité sociale des entreprises ; mais aussi l’application de ces droits à l’ère du numérique.

Selon Dakar, l’examen de ces thématiques permettra de renforcer les travaux de l’organe onusien dans les années à venir. Pour le Sénégal, le Conseil, qui incarne le 3ème pilier fondamental des Nations Unies, à côté de la paix et de la sécurité internationales et du développement, doit être mieux soutenu pour lui permettre d’assumer son mandat.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Conseil des droits de l’homme : une présidence sénégalaise sous le signe de l’Afrique

Il faut faire en sorte « que l’Afrique s’engage encore davantage au sein du Conseil des droits de l’homme et que la coopération avec les Nations Unies pour la promotion et la protection des droits de l’homme soit renforcée ».