Restaurer les terres contribuerait à sauver la planète et à dynamiser l'économie (ONU)

6 septembre 2019

Investir dans la restauration des terres pourrait non seulement contribuer à maintenir notre planète en bonne santé, mais également constituer le point de départ pour résoudre certains des problèmes les plus graves de notre temps, a déclaré vendredi le chef de l'entité des Nations Unies chargée de la lutte contre la désertification.

Nous devons « investir dans la restauration des sols afin d'améliorer les moyens de subsistance, de réduire les vulnérabilités contribuant au changement climatique et de réduire les risques pour l'économie », a déclaré Ibrahim Thiaw, Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD), lors d'un point de presse en marge de la 14e session de la Conférence des Parties, à New Delhi, en Inde.

Le sommet COP14, qui se déroule jusqu'au 13 septembre, accueille des ministres, des scientifiques, des représentants de gouvernements, des organisations non gouvernementales et divers groupes communautaires de 196 pays, dans l'espoir de convenir de nouvelles actions pour améliorer la fertilité des terres.

« La terre nous fournit 99,7% de la nourriture que nous mangeons », a déclaré M. Thiaw. « Elle nous fournit également l'eau que nous buvons - la qualité de l'eau que nous obtenons provient de la terre et de ses écosystèmes ». Mais, selon lui, cette précieuse ressource est sérieusement menacée.

Rôle de la dégradation des sols dans les migrations

Selon un rapport présenté lors de cette conférence, la dégradation des sols a un rôle moteur dans les migrations. Le rapport, intitulé Aborder le problème du lien entre la dégradation des sols et les migrations, a été dévoilé par l'Organisation internationale pour les migrations, en partenariat avec le Stockholm Environment Institute (SEI).

« Les migrations liées à la désertification, à la dégradation des sols et à la sécheresse ne sont pas un problème pour le futur. C’est notre réalité actuelle, de l’Afrique à l’Asie, en passant par l’Amérique du Sud et les îles du Pacifique. Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas agir immédiatement, faute de quoi le monde sera confronté à une crise immense », a déclaré Mariam Traore Chazalnoel, chargée de mission à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Les migrations forcées ont de graves conséquences à la fois pour les pays d’origine et pour les pays de destination. La première édition du Global Land Outlook publiée en 2017 prévoit que l'Afrique et l'Asie pourraient perdre jusqu'à 80% de leurs terres cultivées en raison de l'expansion urbaine.

Face aux migrations forcées provoquées par la dégradation des sols, 14 pays africains ont lancé l'Initiative de durabilité, stabilité et sécurité (3S), qui vise à restaurer les terres dégradées et à créer des emplois verts pour les migrants et les groupes vulnérables. L'initiative 3S engage les pays au plus haut niveau politique à accélérer sa mise en œuvre.

« Les 14 pays qui soutiennent l’initiative sont prêts à faire leur part pour s'attaquer aux facteurs de dégradation des sols liés aux migrations. Mais un changement durable ne peut se produire que si des investissements massifs dans la réhabilitation des terres sont faits pour créer un cercle vertueux dans lequel les personnes ont la possibilité de vivre chez elles en toute sécurité et stabilité », a déclaré Mohamed Doubi Kadmiri, conseiller diplomatique du chef du gouvernement du Maroc.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Migrations et crise climatique : l’ONU cherche des solutions

Tout au long de l'histoire humaine, les migrations et le climat ont toujours été liés, mais aujourd’hui les effets de la crise climatique provoquée par l'homme sont susceptibles de modifier considérablement la distribution des populations.