Ouragan Dorian aux Bahamas : au moins 5 morts et 60.000 personnes ont besoin d’aide alimentaire

3 septembre 2019

L’ouragan Dorian poursuivi sa trajectoire vers les côtes américaines après avoir dévasté le nord-ouest des Bahamas frappés par des vents d’une extrême violence et par des vagues plus hautes que les toits de nombreuses maisons.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a indiqué que la puissance de l’ouragan a été rétrogradée mardi matin de la catégorie 4 à la catégorie 3 sur une échelle qui en compte 5.

Les dégâts causés par Dorian sont considérables. Le bilan provisoire du passage de l’ouragan sur les Bahamas est de 5 morts. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), 76.000 personnes ont été exposées à ces vents violents, soit le quart des 330.000 habitants de l’archipel de 700 îles des Caraïbes, se sont retrouvés en première ligne.

« L’Agence nationale de la gestion des urgences des Bahamas (NEMA) estime qu’environ 22% de cette population sont des enfants de moins de 15 ans, plus de 70% ont entre 15 et 64 ans et environ 8% ont plus de 64 ans », a déclaré le porte-parole d’OCHA, Jens Laerke, lors d’un point de presse mardi à Genève.

Selon des informations non confirmées communiquées depuis Abacos, dans le nord des Bahamas, les toitures et les lignes électriques ont été endommagées et certaines routes sont pratiquement impraticables. Le ministre du Parlement d’Abacos-Nord a déclaré qu’Abacos avait subi « des dommages catastrophiques ». « On signale également des inondations massives à Grand Bahama », a ajouté M. Laerke.

Besoins en eau, vivres et abris

Au moins 60.000 personnes touchées par l’ouragan Dorian aux Bahamas auraient besoin d’aide alimentaire, a indiqué de son côté le Programme alimentaire mondial (PAM) : 14.500 personnes sur l’île d'Abacos et 45.700 autres sur l’île de Grand Bahama.

Mais le porte-parole du PAM, Herve Verhoosel, a toutefois précisé qu’il ne s’agissait que de chiffres préliminaires et qu’il fallait attendre les résultats de l’évaluation sur le terrain pour disposer d’un chiffre plus précis.

Plus généralement, les données disponibles suggèrent des besoins humanitaires en nourriture, abris et reconstruction rapide. L’impact escompté suggère également que l’eau sera un besoin prioritaire en raison de l’état du système d’alimentation en eau et de la forte probabilité d’intrusion d’eau de mer provoquée par une onde de tempête et des inondations. Des effets graves sur les communications, l’électricité et les transports sont également attendus.

En termes de coordination, les agences humanitaires onusiennes ont rappelé que l’Agence caribéenne de gestion de catastrophes (CDEMA) qui dirige la réponse humanitaire. La CDEMA a d’ailleurs envoyé aux Bahamas deux équipes d’évaluation auxquelles participent des experts du Programme alimentaire mondial (PAM) et d’OCHA, pour évaluer les besoins de la population. « Nous sommes en attente de l’autorisation du gouvernement pour mener l’évaluation conjointe » sur le terrain, a expliqué M. Verhoosel.

À ce stade, le PAM dispose de quatre spécialistes sur le terrain qui peuvent apporter leur concours dans les domaines de la sécurité alimentaire, des télécommunications d’urgence et de la logistique. Les équipes aideront le gouvernement des Bahamas à évaluer rapidement les dégâts causés par l’ouragan et à hiérarchiser les besoins. Leur rôle consiste en une évaluation de trois jours, avec une équipe dans chacune des principales îles touchées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU solidaire des Bahamas fortement dévastés par l’ouragan Dorian

Deux hauts responsables des Nations Unies ont affiché lundi leur solidarité avec le peuple et le gouvernement des Bahamas fortement touchés par l’ouragan Dorian.