Ebola en RDC : le cap des 3.000 cas et des 2.000 morts a été franchi (OMS)

30 août 2019

Plus de 3.000 cas d’Ebola dont plus de 2.000 décès ont été enregistrés en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le Directeur exécutif du programme d’urgences de l’OMS, Dr. Mike Ryan, a annoncé vendredi sur Twitter un dernier bilan faisant état d’un « total de 3.004 cas (2899 confirmés et 105 probables), dont 2.005 décès ».

Selon l’OMS, 902 personnes ont survécu à Ebola depuis le début de l'épidémie dans l’est de la RDC en août 2018. « Les patients reçoivent toujours des soins », a souligné le Dr. Ryan.

L’annonce de ce nouveau bilan intervient à la veille du début de la visite du Secrétaire général de l’ONU en RDC. Antonio Guterres est attendu samedi à Goma, la capitale du Nord-Kivu (est du pays) où il doit rencontrer des personnes ayant survécu à Ebola ainsi que des travailleurs du secteur de la santé engagés dans la riposte au virus.

Lire aussi | Guterres se rend en RDC pour afficher le soutien et la solidarité de l’ONU face à Ebola

« La RDC connaît l'une des crises humanitaires les plus importantes et les plus complexes du monde », a souligné vendredi sur Twitter, le Directeur général de l’OMS, Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui accompagnera le Secrétaire général de l’ONU en RDC.

A la veille de cette visite, le chef de l’OMS a appelé les partenaires à « respecter les promesses qu’ils ont faites aux communautés » pour contribuer à la lutte contre le virus Ebola et au renforcement du système de santé.

Près de 600 enfants morts depuis le début de l'épidémie (UNICEF)

Pour le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le franchissement du cap des 2.000 morts doit être un cri de ralliement pour intensifier les efforts visant à vaincre Ebola et mettre fin à l’épidémie.

Sur les plus de 850 enfants ayant contracté le virus mortel dans le nord-est de la RD près de 600 enfants ont perdu la vie ces 13 derniers mois, a déploré l’UNICEF.

« Alors que le nombre de (victimes) ne cesse de croître, il est essentiel de rappeler que chacun de ces cas est l’enfant de quelqu'un, son fils ou sa fille ; une mère, un père, un frère ou une sœur. Et chacune de ces morts laisse une famille en deuil mais aussi effrayée et inquiète de sa propre exposition à la maladie », a rappelé Edouard Beigbeder, le représentant de l'UNICEF en RDC.

Lire aussi | RDC : hausse rapide du nombre d'enfants orphelins ou laissés non accompagnés à cause d’Ebola (UNICEF)

L’agence onusienne rappelle qu’il est essentiel de soutenir, d’engager et de sensibiliser les communautés touchées pour mettre fin à l’épidémie d’Ebola.

« La percée récente dans la recherche d'un traitement efficace pour cette maladie et l'efficacité continue des efforts de vaccination pour prévenir la transmission et l'infection signifient que, pour la première fois, nous avons maintenant les moyens de prévenir et de traiter Ebola », a dit M. Beigbeder. « Cependant, ces avancées sont peu significatives si les individus ont trop peur pour se faire soigner ou trop lentement pour détecter les symptômes. En veillant à ce que la population locale soit informée, engagée et investie dans la riposte, nous avons les meilleures chances de vaincre la maladie », a-t-il souligné.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), plus de 207.000 personnes ont été vaccinées contre Ebola ces 13 derniers mois.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Fonds d'urgence de l’ONU alloue 10 millions de dollars à la réponse au virus Ebola en RDC

Le chef de l’humanitaire des Nations Unies, Mark Lowcock, a annoncé vendredi une contribution de 10 millions de dollars tirés du Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) pour fournir une assistance aux personnes touchées par le virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC).