La fragmentation du Yémen, une menace plus forte et plus urgente que jamais, selon l’envoyé de l’ONU

20 août 2019

L’Envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Martin Griffiths, a prévenu mardi le Conseil de sécurité de l’ONU que la fragmentation du Yémen était devenue une menace plus forte et plus urgente que jamais.

Le Yémen est déchiré depuis plusieurs années par un conflit qui oppose les rebelles houthis, qui contrôlent la capitale Sanaa, au nord du pays, et les forces progouvernementales soutenues par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Début août, des affrontements ont éclaté à Aden, la capitale « provisoire » du gouvernement du Président Abd Rabbo Mansour Hadi, entre deux factions habituellement alliées contre les rebelles houthis. Des combattants séparatistes ont pris pendant quelques jours le contrôle du palais présidentiel.

« La violence a entraîné la mort de dizaines de civils et fait des centaines de blessés. Je suis alarmé par cette violence et je condamne les efforts inacceptables du Conseil de transition du Sud pour prendre le contrôle des institutions de l’État par la force. Je déplore également le harcèlement des Yéménites originaires du nord à Aden », a déclaré Martin Griffiths, qui s’est félicité des efforts de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite pour restaurer le calme et pour organiser à Djeddah un dialogue entre ces deux factions.

Lire aussi | Yémen : face aux affrontements à Aden, l’ONU appelle à un dialogue inclusif

« Il est essentiel que cette réunion ait lieu dans un très proche avenir pour éviter une nouvelle détérioration et pour assurer la continuité de la gouvernance, de la sécurité et de la fourniture des services de base à Aden et dans les autres zones concernées relevant de la compétence exclusive de l'État », a-t-il ajouté.

J'espère que toutes les parties prenantes yéménites, de toutes les régions du pays, voient dans les événements d'Aden un signe clair que le conflit actuel doit cesser, de manière rapide et pacifique - Martin Griffiths, Envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen

Selon l’envoyé des Nations Unies, ces affrontements à Aden rendent les efforts de médiation de l’ONU dans le cadre du processus de paix yéménite « plus urgents que jamais ». « Il n'y a pas de temps à perdre », a dit M. Griffiths.

« J'espère que toutes les parties prenantes yéménites, de toutes les régions du pays, voient dans les événements d'Aden un signe clair que le conflit actuel doit cesser, de manière rapide et pacifique », a-t-il ajouté.

Selon M. Griffiths, la mise en œuvre de l'accord de Stockholm conclu en décembre 2018 entre le gouvernement yéménite et les rebelles houthis sur un cessez-le-feu dans le gouvernorat d’Hodeïda « a été importante sur le plan politique et a eu des effets bénéfiques tangibles sur le terrain ». « Mais cela ne peut être une condition préalable à la réalisation de la paix dans tout le Yémen », a-t-il ajouté.

D’après M. Griffiths, le gouvernement yéménite et les rebelles houthis continuent de lui assurer « de leur volonté forte de trouver une solution politique », mais il s’est dit frustré par la lenteur des progrès.

Nous avons besoin de toute urgence d’une désescalade à travers le Yémen - Ursula Mueller, Sous-Secrétaire générale de l’ONU aux affaires humanitaires

Le Yémen reste la plus grande opération humanitaire au monde

De son côté, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires, Ursula Mueller, a rappelé aux membres du Conseil de sécurité que « seule une solution politique peut répondre durablement à l’énorme crise humanitaire que connaît le pays ».

« Nous appelons toutes les parties prenantes à soutenir les efforts de l’Envoyé spécial pour mettre fin au conflit aussi rapidement que possible », a-t-elle dit. « Nous avons besoin de toute urgence d’une désescalade à travers le Yémen, de préférence grâce à un cessez-le-feu national qui mettrait fin à toute violence ».

« Le Yémen reste la plus grande opération humanitaire au monde », les agences humanitaires fournissant une assistance à environ 12 millions de personnes chaque mois, a rappelé Mme Mueller.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : l’ONU s’inquiète d’un regain de violences affectant les civils

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est déclaré inquiet mardi du regain de violences dans plusieurs régions du Yémen et de l’intensification des activités des groupes affiliés à Al Qaïda et Daech.