Hong Kong : l’ONU s’inquiète de l’escalade de la violence et appelle à la retenue

13 août 2019

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, est préoccupée par les événements en cours dans la Région administrative spéciale de Hong Kong, en Chine, et par l'escalade de la violence qui a eu lieu ces derniers jours, a déclaré son porte-parole mardi. 

« La Haut-Commissaire condamne toute forme de violence ou de destruction de biens et demande instamment à tous ceux qui participent aux manifestations d'exprimer leur point de vue de manière pacifique. Elle note l'engagement du chef de l'exécutif à ‘s'engager aussi largement que possible’ et à ‘écouter les doléances du peuple de Hong Kong’ », a affirmé ce porte-parole, Rupert Colville, lors d’un point de presse à Genève.

Mme Bachelet « appelle les autorités et la population de Hong Kong à engager un dialogue ouvert et inclusif visant à résoudre toutes les questions de manière pacifique. C'est le seul moyen sûr de parvenir à la stabilité politique et à la sécurité publique à long terme en créant des voies permettant aux citoyens de participer aux affaires publiques et aux décisions affectant leur vie », a ajouté le porte-parole.

La Haut-Commissaire appelle les autorités et la population de Hong Kong à engager un dialogue ouvert et inclusif visant à résoudre toutes les questions de manière pacifique

Les droits à la liberté d'expression et de réunion pacifique et le droit de participer aux affaires publiques sont expressément reconnus dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, ainsi que dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui est intégré dans la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Hong Kong, a précisé le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

Le HCDH a dit avoirégalement examiné des preuves crédibles selon lesquelles des responsables des forces de l’ordre « emploient des armes moins meurtrières d'une manière qui est interdite par les normes et standards internationaux ».

« Par exemple, l’on voit des responsables en train de tirer des grenades lacrymogènes dans des zones encombrées et fermées, directement sur des manifestants individuels à de multiples occasions, créant un risque considérable de mort ou de blessures graves », a cité M. Colville. 

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme demande instamment aux autorités de Hong Kong d'enquêter immédiatement sur ces incidents, de veiller à ce que le personnel de sécurité respecte les règles d'engagement et, le cas échéant, de modifier les règles d'engagement des forces de l’ordre en réponse aux manifestations lorsque celles-ci ne sont pas conformes aux normes internationales.

Le HCDH exhorte les autorités de Hong Kong à agir avec retenue, à veiller à ce que le droit de ceux qui expriment pacifiquement leurs opinions soit respecté et protégé, tout en veillant à ce que la réaction des forces de l'ordre à toute violence qui pourrait se produire soit proportionnée et conforme aux normes internationales sur le recours à la force, notamment les principes de nécessité et de proportionnalité.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.