Yémen : face aux affrontements à Aden, l’ONU appelle à un dialogue inclusif

10 août 2019

Le Secrétaire général des Nations Unies s’est dit profondément préoccupé par les violents affrontements qui se sont produits à Aden, au Yémen, ces derniers jours, notamment à proximité du Palais présidentiel et de l'aéroport international.

Dans une déclaration publiée par son porte-parole depuis New York vendredi soir,  António Guterres a exhorté les parties à cesser les hostilités et à veiller au respect du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme.

Le conflit au Yémen ne peut être réglé que par une solution politique

Il a appelé les parties à engager un dialogue inclusif pour régler leurs différends et répondre aux préoccupations légitimes de tous les Yéménites.

M.Guterres a souligné que le conflit au Yémen ne peut être réglé que par une solution politique.

Selon la presse, les séparatistes du sud du Yémen ont pris le contrôle de tous les camps militaires du gouvernement à Aden, samedi, après quatre jours d'affrontements entre alliés qui se seraient retournés les uns contre les autres. Les combattants qui se sont affrontés feraient partie de la coalition pro-gouvernementale dirigée par les Saoudiens qui lutte contre le mouvement armé Houthi au Yémen depuis mars 2015, ce qui indiquerait un clivage au sein de l'alliance.

Toujours selon la presse, ces affrontements compliqueraient l'acheminement de l'aide humanitaire dans le pays ainsi que les efforts de l'ONU pour mettre fin à la guerre qui sévit dans le pays depuis quatre ans, tuant des dizaines de milliers de personnes et poussant le pays au bord de la famine.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : l’ONU s’inquiète d’un regain de violences affectant les civils

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est déclaré inquiet mardi du regain de violences dans plusieurs régions du Yémen et de l’intensification des activités des groupes affiliés à Al Qaïda et Daech.