Anniversaire du bombardement d’Hiroshima : le chef de l’ONU appelle à l’élimination totale des armes nucléaires

6 août 2019

A l’occasion du 74e anniversaire du bombardement atomique de la ville japonaise d’Hiroshima le 6 août 1945 par les Etats-Unis, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé une nouvelle fois à l’élimination totale des armes nucléaires.

« Alors que nous célébrons le soixante-quatorzième anniversaire de la première utilisation d'une arme nucléaire dans une guerre, il existe près de 14.000 ogives nucléaires, dont beaucoup sont toujours en position d’alerte. Il reste encore beaucoup à faire pour réduire et finalement éliminer ce risque », a déclaré M. Guterres dans un message lu par la Haut-Représentante des Nations Unies pour les affaires de désarmement, Izumi Nakamitsu, lors de la cérémonie annuelle organisée à Hiroshima.

« Aujourd'hui, nous assistons malheureusement à une détérioration de l'environnement de sécurité internationale. Les tensions entre les États dotés de l'arme nucléaire augmentent. Les institutions chargées du désarmement et du contrôle des armements qui ont fait du monde un lieu plus sûr pendant des décennies sont remises en question », a-t-il ajouté.

Les tensions entre les États dotés de l'arme nucléaire augmentent - António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

Lire aussi | L’ONU regrette profondément la fin du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire

Selon le chef de l’ONU, il est plus nécessaire que jamais de rappeler le message fondamental des hibakusha – les survivants des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki en août 1945 : la seule garantie contre l’utilisation des armes nucléaires est l’élimination totale de celles-ci.

«  Il n’existe pas de plaidoyer plus solide en faveur d’un monde exempt d’armes nucléaires que les récits de survivants des attentats à la bombe d’Hiroshima et de Nagasaki - j’ai rencontrés certains d’entre eux l’année dernière au Japon », a déclaré mardi M. Guterres sur son compte Twitter. « Nous leur sommes reconnaissants du courage dont ils ont fait preuve pour nous rappeler le coût humain de la guerre nucléaire », a-t-il ajouté.

ONU / Dan Powell
Au Japon, le 8 août dernier, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a rencontré les hibakusha, ces survivants des bombardements atomiques sur Nagasaki et Hiroshima.

 

Le Secrétaire général a rappelé que le désarmement nucléaire a fait l’objet de la toute première résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies en 1946.

« Cet objectif sous-tend le nouveau programme de désarmement que j’ai présenté l’année dernière. Aujourd’hui, je réitère mon appel aux dirigeants mondiaux pour qu’ils intensifient leurs efforts en vue de cet objectif », a-t-il ajouté. « Inspiré par l'esprit de résistance de la population d'Hiroshima, je suis pleinement résolu à travailler avec les hibakusha et tous les autres pour réaliser notre objectif commun : un monde exempt d'armes nucléaires ».

Lire aussi | Désarmement : le chef de l’ONU présente son nouveau programme pour « sécuriser notre avenir commun »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Conférence du désarmement : Guterres plaide pour une nouvelle vision sur la maîtrise des armements

Devant la Conférence du désarmement à Genève, le chef de l’ONU a appelé lundi les Etats-Unis et la Russie à préserver Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) menacée d’une possible disparition.