Méditerranée : le HCR salue le débarquement en Europe des réfugiés et migrants du Gregoretti

31 juillet 2019

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a salué l’autorisation du débarquement des 116 réfugiés et migrants qui se trouvent à bord du navire italien Gregoretti.

Partis de Libye, ces 116 réfugiés et migrants avaient été secourus jeudi par les garde-côtes italiens et transférés sur le Gregoretti, un navire de la marine italienne. Le même jour, plus d’une centaine de personnes disparaissaient en mer au large de la Libye dans leur tentative de traversée de la Méditerranée.

Lire aussi | Plus de 100 personnes disparues au large de la Libye, « la pire tragédie en Méditerranée cette année » (HCR)

Bloqués en mer depuis cinq jours, « les passagers sauvés à bord du Gregoretti ont été autorisés à quitter le navire », a annoncé sur Twitter, Charlie Yaxley, un porte-parole du HCR.

Les passagers secourus vont finalement pouvoir débarquer en Italie. Le Commissaire européen pour les migrations, Dimitris Avramopoulos, a indiqué mercredi sur Twitter qu’une solution avait été trouvée pour prendre en charge les hommes et femmes qui seront accueillis en Allemagne, en France, en Irlande, au Luxembourg et au Portugal et par l’Eglise italienne.

S’il estime que l’autorisation du débarquement est « une bonne nouvelle », M. Yaxley juge toutefois que le sort des réfugiés et migrants secourus « n'aurait jamais dû arriver à cela ».

« Il est maintenant important que les États s'accordent sur une approche prévisible à l'avenir afin que (cette situation) ne se reproduise plus », a dit le porte-parole du HCR.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a exprimé vendredi sa « reconnaissance envers la Commission européenne et les pays qui ont accueilli les personnes du Gregoretti ».

« Un mécanisme de débarquement prévisible permettrait de gagner du temps et d'éviter des souffrances inutiles », a déclaré M. Grandi sur Twitter. « Cela permettrait également à l'Europe de se concentrer enfin sur de vrais problèmes tels que la réforme de l'asile et la gestion des migrations », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, le HCR et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) avaient souligné auprès des Etats membres de l’Union européenne « qu’il est dans l’intérêt de tous d’adopter une approche concertée » dans la mise en place d’un dispositif temporaire et prévisible de débarquement des personnes secourues en mer et de partage des responsabilités entre États pour les accueillir par la suite.

Article mis à jour le 1er août 2019

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

HCR : « Aucune personne secourue en Méditerranée ne devrait être renvoyée en Libye »

Au lendemain d’un nouveau naufrage meurtrier au large de la Libye, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a de nouveau appelé les gouvernements européens à rétablir les opérations de secours en mer Méditerranée.