Yémen : près de neuf millions de personnes vulnérables bénéficient d’une aide monétaire de l'UNICEF

24 juillet 2019

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a fourni un transfert monétaire d’urgence à près de 9 millions de personnes au Yémen. Il s’agit pour l’agence onusienne de répondre aux besoins urgents des plus vulnérables alors que le conflit dans le pays entre dans sa cinquième année.

Cette aide pécuniaire est une véritable bouffée d’oxygène pour la plupart des familles qui ont épuisé leurs ressources financières.

« Pour survivre, beaucoup ont été forcés de recourir à d’autres moyens tels que le mariage précoce et le travail des enfants », a fait valoir l’UNICEF qui rappelle que plusieurs « enfants se battent dans une guerre qui ne leur appartient pas ».

Ces virements de fonds effectués du 16 juin au 15 juillet 2019 constituent le cinquième cycle de paiement du Projet de transfert de fonds d’urgence au Yémen (ECTP) de l'agence onusienne.

Le paiement est effectué sur une base trimestrielle et, en moyenne, une famille reçoit en monnaie locale (rial yéménite) l’équivalent d’environ 30 dollars pour aider ses membres à faire face à leurs besoins les plus urgents.

« Une bouée de sauvetage » pour des familles dont la situation a été aggravée par le conflit

Pour l’UNICEF, l’aide d’urgence en espèces aide les familles à rester en vie, mais les besoins sont énormes et il reste encore beaucoup à faire.

« Avec l’argent que je reçois du projet, j’achète du blé, du sucre, du pétrole et d’autres aliments. Bien que le montant ne soit pas important, il couvre néanmoins les frais de subsistance et de nourriture », a déclaré Fatima Hussain Al-Tayari, une femmes qui bénéficie de l'aide.

A l’image de cette veuve âgée de 55 ans et mère de cinq enfants qui vit à la périphérie de la capitale yéménite, Sanaa, plusieurs ménages attendent « avec impatience cette somme, tout comme pour le déjeuner et le dîner ».

Le projet de transfert de fonds d’urgence a été lancé en août 2017 afin de fournir une aide pécuniaire à 1,5 million des familles parmi les plus vulnérables.

« Les transferts monétaires ont été une bouée de sauvetage pour les familles dont la situation a été aggravée par le conflit en cours qui a dévasté le Yémen et aggravé la situation économique », fait valoir l’UNICEF, en insistant sur les bienfaits de ce programme qui aide « les familles les plus pauvres à couvrir leurs besoins essentiels en nourriture, santé, nutrition et éducation, entre autres ».

Ce projet est cofinancé par la Banque mondiale par l’intermédiaire de l’Association internationale de développement, mais aussi par le Bureau des affaires du Proche-Orient du département d’État américain.

L'agence onusienne rappelle toutefois que pour atténuer les souffrances des enfants yéménites, la guerre doit cesser pour permettre le rétablissement et le retour à une vie normale.

« Entre-temps, la communauté internationale devrait continuer à fournir les ressources nécessaires pour répondre aux besoins urgents des enfants dans tous les secteurs », plaide l’UNICEF.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : l’ONU met en garde contre la « perspective effrayante » d’une guerre régionale

L’Envoyé spécial de l’ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a mis en garde jeudi le Conseil de sécurité sur la « perspective effrayante » d’une guerre régionale alors que la situation humanitaire dans le pays reste critique.