Syrie : l'UNICEF lance un appel humanitaire pour des dizaines de milliers d'enfants

17 juillet 2019

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) appelle à améliorer l'accès humanitaire et la protection des enfants en Syrie, y compris leur réintégration dans les communautés locales et leur retour en toute sécurité dans leur pays d'origine.

Au moins 70 000 personnes vivent dans le camp d'Al-Hol, au nord-est du pays. L'UNICEF estime que plus de 90 % d'entre eux sont des enfants et des femmes. Près de 20 000 de ces enfants sont syriens. Les 29 000 autres viennent de 62 pays différents, dont 9 000 d'Iraq.

La plupart des enfants ont moins de 12 ans. Ils sont très vulnérables, ils sont les survivants de combats intenses et ont été témoins d'atrocités inimaginables.

Les enfants d'Al-Hol sont confrontés à une situation humanitaire désastreuse et, pour beaucoup d'entre eux, cette situation est aggravée par l'expérience récente d'avoir été maltraités ou forcés à combattre et à commettre des actes de violence extrême.

Ces enfants ne représentent qu'une fraction d'un groupe beaucoup plus important d'enfants qui seraient associés au conflit armé ; ils sont bloqués dans des camps, des centres de détention et des orphelinats à travers la Syrie et surtout dans le nord-est. Certains, dont certains n'ont que 12 ans, seraient détenus.

Ils continuent d'être exposés à d'énormes risques alors que la violence s'intensifie fortement. Dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, près d'un million d'enfants ont été piégés pendant des mois au milieu de violents combats. Leur sort et leur avenir sont également en jeu.

Besoins multiples

Les enfants du camp d'Al-Hol ont maintenant besoin de soins et de protection, et ils ont aussi besoin d'une aide d'urgence pour leur sauver la vie, d'autant plus que les températures estivales s'élèvent.

« Des milliers de garçons et de filles à Al-Hol n'ont jamais eu la chance d'être simplement des enfants. Ce sont des enfants ! Ils méritent le plus grand soin, la plus grande protection, la plus grande attention et les meilleurs services. Après des années de violence, ils sont non désirés, stigmatisés par leurs communautés locales ou rejetés par leurs gouvernements», a déclaré Fran Equiza, Représentante de l'UNICEF en Syrie, après une visite au camp Al-Hol la semaine dernière.

Malgré la fin de la violence dans la région et la diminution de l'afflux de personnes arrivant à Al-Hol, les besoins humanitaires demeurent critiques, notamment l'accès à l'eau potable et aux services de santé. 

 C'est une goutte d'eau dans l'océan - Fran Equiza, Représentante de l'UNICEF en Syrie

« Nous travaillons avec des partenaires et des donateurs pour fournir aux enfants une aide immédiate qui leur sauvera la vie. C'est une goutte d'eau dans l'océan», a déclaré Fran Equiza.

 «Il reste encore beaucoup à faire pour continuer à fournir aux enfants des services de base et une protection, y compris leur réintégration dans leur communauté locale et leur retour en toute sécurité dans leur pays d'origine », a-t-elle ajouté Equiza.

L'UNICEF rappelle à toutes les personnes concernées qu'il s'agit d'enfants et non d'auteurs de violences. Ils ont le droit d'être protégés, y compris les documents juridiques et le regroupement familial. 

Le Fonds demande que des mesures immédiates soient prises par tous les Etats membres concernés, conformément à l'intérêt supérieur de l'enfant et dans le plein respect des normes juridiques internationales afin qu'ils assument l'entière responsabilité de la réintégration des enfants dans leurs communautés locales et du rapatriement en toute sécurité des enfants dans leurs pays. 

De même, toutes les parties au conflit en Syrie et ceux qui ont de l'influence sur elles doivent contribuer à faciliter l'accès humanitaire inconditionnel à Al-Hol et à l'intérieur de celui-ci, et partout en Syrie pour atteindre chaque enfant dans le besoin où qu'il soit.

La réponse de l’UNICEF

Avec ses partenaires, l'UNICEF continue de répondre aux besoins à Al-Hol. Ainsi au cours des derniers mois, au moins 520 enfants non accompagnés ou séparés ont été identifiés, dont 214 ont été réunis avec des membres de leur famille, tandis que 74 enfants sont accueillis dans des centres de soins provisoires.

Par ailleurs, l'UNICEF soutient des espaces d'apprentissage dans le camp desservant 3 000 élèves, en plus d'espaces amis des enfants et d'équipes mobiles de protection de l'enfance. Le Fonds offre à près de 12 000 enfants des activités récréatives, un soutien psychosocial, une gestion de cas et des soins spéciaux aux enfants séparés et non accompagnés.

 Depuis le début de l'année, des équipes mobiles de santé et de nutrition soutenues par l'UNICEF et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fournissent des services de vaccination et de nutrition aux enfants du camp grâce à des installations fixes et des équipes mobiles.

De plus, chaque jour, l'UNICEF et ses partenaires fournissent près de 1,7 million de litres d'eau potable et 750 000 litres d'eau à usage domestique. Comme la consommation d'eau augmente au cours de l'été, assurer des quantités d'eau suffisantes pour couvrir l'augmentation de la demande continuera de poser un défi.

En outre, plus de 1 280 latrines ont été installées.

Pour financer cette réponse multiforme, l'UNICEF lance un appel de 9 millions de dollars pour continuer à fournir une assistance et un soutien aux enfants et aux familles dans le camp et intensifier les opérations afin de répondre aux besoins.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : l’ONU condamne les frappes aériennes dans le nord-ouest du pays

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a fermement condamné les frappes aériennes en cours dans le nord-ouest de la Syrie.